Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les déchets

01/03/2021 3861 visiteurs 5.0/10 (1 note)

« Lorsque le dernier arbre aura été coupé, le dernier poisson pêché et la dernière rivière polluée ; quand respirer l'air sera écœurant, vous vous rendrez compte, trop tard, que la richesse n'est pas dans les comptes bancaires et que vous ne pouvez pas manger de l'argent. » Alanis Obomsawin

Un monde contaminé et surexploité à l’extrême, une méga-usine pétrochimique comme dernière source d’emploi et de nourriture (façon de parler, ce que sert la Hannibal Corp. ferait passer le solyent green pour du trois étoiles), c’est un véritable cauchemar éveillé qu’a imaginé Michelangelo Setola. Une équipe de maçons est engagée pour assurer la réfection d’un bâtiment totalement décrépi. Le matériel et les directives manquent. L’endroit est dangereux et pourri. Pourquoi continuer alors ? Pour faire quoi d’autre, nigaud ? C’est fini, il n’y a plus rien après. Juste ce lac aux eaux putrides et sombres.

Dérèglement climatique, travail précaire, pollution généralisée, violence sur animaux, etc. Le scénario rassemble toutes les tares de l’époque et les concentre au-delà du point de fusion. Glauques, poisseux, les dessins, au rendu proche de celui de l’eau-forte, dégoulinent de crasse et de suie. Les personnages sont atteint dans leurs chairs et suivent le même chemin vers la déliquescence totale. Un peu d’espoir ou d’humour, s’il vous plaît. Non, rien que des scènes d’horreur sorties des pires complexes industriels chinois ou nord-coréens. Un moyen de transport, n’importe quoi pour tenter de fuir cet enfer ? Si vous voulez, à vos risques et périls évidemment, la maison ne garantit rien.

Court récit sans concession, Les déchets est une lecture glaçante à la limite du supportable. Réveillé en sursaut pendant un mauvais rêve, l’auteur semble lancer un ultime cri au saut du lit : « Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance ». Pour lecteur averti.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Les déchets

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.