Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L orsque Jean suit sa compagne en République tchèque, c’est un peu comme si un nouveau départ lui était offert. Ne sachant trop que faire de sa vie, il passe ses journées à s’occuper de sa fille. Un an plus tard, son père décède. Le Parisien a toujours eu des relations difficiles avec le défunt, mais fouillant dans sa bibliothèque, il réalise, avec un certain étonnement, qu’ils ont des goûts communs. Sur le chemin du retour (quatorze heures en autocar), il rêve à Jack Kerouac et décide d’écrire. Après avoir participé à un atelier, offert par Le cil vert, sur l’écriture automatique en bande dessinée, il découvre l’univers des cases et des bulles.

Une vie toute tracée est le récit de la quête initiatique d’un adolescent attardé que les événements forcent à vieillir. Changement de pays, décès d’un parent, aliénation de la maison familiale et abandon de ses souvenirs d’enfance. Pour tout dire, les fils avec ses racines se rompent un à un. Ainsi affranchi de son passé et du regard parental, il peut enfin devenir un homme. Il trouve sa voie, celle de la littérature en général et du neuvième art en particulier. Bref, des mots et des images pour celui qui partageait deux choses avec son paternel : la passion de la photo et l’amour des romans de Boris Vian, Albert Camus et Charles Bukowski.

Faisant appel à un dessin caricatural semblable à celui de Fabrice Erre (mais sans le côté burlesque), l’illustrateur arrive, avec une économie de moyens, à livrer son propos. Prague est une des plus belles villes au monde ? Peut-être, mais l’artiste ne dessine pas des cartes postales. Il choisit la lisibilité : décors quasi inexistants, personnages sommaires et découpage sur le modèle du gaufrier (à quelques exceptions près). Et ça fonctionne assez bien, d’autant plus qu’il ajoute, ça et là, de petites allégories rigolotes qui allègent la narration.

Une histoire toute simple, pour se souvenir que les pommes ne tombent jamais vraiment loin de l’arbre.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Une vie toute tracée

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.