Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Q uand une ligne cesse-t-elle d'être un trait abstrait pour incarner l'horizon... ou un simple mur ? Que faut-il pour qu'un cercle devienne roue, soleil ou œil ? Comment un hexagone, auquel on ajoute un cercle et deux traits peut-il devenir un être humain ? C'est le tour de force réitéré par Lukasz Wojciechowski dans Soleil Mécanique, un an après Ville Nouvelle.

Réalisé entièrement par Autocad, cet album semble de prime abord très froid. Ce logiciel de dessin assisté par ordinateur est principalement utilisé dans l'ingénierie ou l'architecture pour la conception de plans ou de schémas complexes. Autant dire que le trait qui en résulte possède la rigueur et la précision clinique d'un tracé technique. La mise en page très contrôlée possède la chaleur d'un circuit électrique. Et pourtant, il suffit de quelques degrés d'inclinaison judicieusement appliqués pour suggérer la joie ou la peine, la frustration ou le contentement.

Soleil Mécanique n'a donc rien de robotique. Au contraire, il dresse un portrait saisissant du lent aveuglement de son personnage principal. Bohumil Balda est un architecte moderniste. Dans la Tchécoslovaquie de 1937, il se veut à la pointe de sa discipline et se montre plus que critique envers le nazisme. Par le prisme de son métier, il y voit une vision rétrograde, à mille lieues de ses propres aspirations. Mais lorsque, par l'entremise de sa belle-famille, sympathisante de la première heure, il est commissionné par le parti, il se laisse progressivement séduire.

Architecte lui-même, l'auteur n'a pas choisi son sujet par hasard. Il s'appuie sur le rôle d'Albert Speer, chargé de façonner une image "monumentale" de Reich et évoque la fascination qu'elle pouvait (devait ?) engendrer, tout en décrivant comment certains se sont complaisamment laissé aller à se soumettre à l'innommable. Le choix des mots n'est jamais innocent et ceux utilisés lorsque est décrit le "soleil mécanique" qui donne son titre à ce livre, il est difficile de ne pas frissonner.

Jouant de la symbolique du soleil, élément central de la vision du héros, avant d'en devenir cause de disgrâce, l'auteur compose une satire féroce, non sans une pointe d'humour doux-amer qui n'est pas sans rappeler Sempé. Il ne faut pas être un féru d'architecture pour apprécier son récit, ni être un afficionado des expérimentations graphiques, comme pourrait le laisser supposer un feuilletage rapide. Soleil Mécanique est un ouvrage extrêmement accessible, intéressant et très audacieux dans sa forme, mais qui ne néglige pas la lisibilité.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Soleil Mécanique

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.