Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

M onsieur, « je préférerais ne pas ». Un jour, qui ressemble à n’importe quel autre dans le quartier de Wall Street, au XIXème siècle, la municipalité new-yorkaise propose les services de Bartleby comme scribe car elle juge qu’il possède les compétences requises pour cet emploi. L’office notarial est dirigé par un directeur qui a sous ses ordres deux autres gratte-papiers : Turkey et Nippers, ainsi qu'un garçonnet de courses prénommé Ginger Nut. Bartleby fournit un travail exemplaire de copiste pendant quelques temps, puis commence à refuser d’exécuter les tâches demandées sans pour autant vouloir quitter son lieu de gagne-pain.

Scénarisée et dessinée par José-Luis Munuera (Zorglub), cette histoire est adaptée d'une nouvelle d’Hermann Melville (Moby Dick) qui fut un succès retentissant sur le thème de la résistance passive, aux balbutiements de l’avènement du capitalisme et de l’émergence de la paperasserie. C’est un « drôle » de dilemme auquel est confronté le patron de ce bureau d’étude; Bartleby, dans la relation employeur-employé ne cherche pas la confrontation mais défie les ordres en préférant ne pas les réaliser. Les plumitifs actifs, eux, ne comprennent pas cette défiance du nouveau bureaucrate et ont comme principale revendication, le renvoi du nouveau venu.

Avec l’aide de Sedyas à la couleur, l’auteur dessine un environnement froid et austère où le bonheur et le bien-être ne semblent plus exister. La « grosse pomme » n’est pas à son avantage dans cet ouvrage, tantôt sous la pluie, sous la neige, favorisant le plongeon dans la besogne qui semble accaparer chaque instant de la vie les protagonistes. L’action se déroule au sein du quartier d’affaire le plus connu des États-Unis, dans lequel gravite la frénésie du libéralisme. Cette liberté, le jeune scribouillard ne la perçoit plus, cloîtré dans un silence inquiétant et observant par la fenêtre de son bureau, un mur de briques.

Selon Max Weber (Economie et société), l'un des pères de la sociologie moderne, la bureaucratie est « le moyen le plus rationnel que l'on connaisse pour exercer un contrôle impératif sur des êtres humains ». Bartleby, le scribe brosse un portrait d’une société émergente où l’esprit de contradiction n’a pas sa place. Ici, le personnage principal représente la chute du conformisme en choisissant de s’arrêter de marcher plutôt que de continuer à courir tête baissée sur un chemin tout tracé. Cette adaptation illustre et résume parfaitement le texte initial de 1853 et procure un complément de lecture fort appréciable.

Par T. Logghe
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Bartleby, le scribe

  • Currently 4.36/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (14 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    bulle.noire Le 12/06/2021 à 23:01:23

    « ……….. !! » Voilà ma première impression lorsque j’ai vu les premières planches de cet album. Bouche bée devant tant de beauté, je me suis réjoui de plonger dans le nouvel album de Munuera. Je ne connais pas la nouvelle d’Hermann Melville et je découvre cette histoire avec les yeux grands ouverts : Les personnages sont remarquables, les couleurs ternes sont épatantes d’a propos, les pleines pages sont bluffantes, les cadrages sont ingénieux…. C’est beau !!

    Je découvre donc cette histoire… bien plus complexe qu’il n’y paraît… la préface et l’épilogue m’ont d’ailleurs aidé à mieux saisir l’impact philosophique et sociologique de cette histoire.

    Bartleby et sa rébellion passive questionne notre rapport au travail, à la société, mais aussi notre rapport aux autres et à nous-mêmes. Il pousse à la réflexion. Quel rôle ai-je envie de jouer dans ce monde ? Suis-je soumis ? Est-ce que je peux faire preuve de libre arbitre ?

    Wonderphil Le 29/03/2021 à 23:16:36

    Même si l'album est effectivement d'une beauté graphique absolue, la nouvelle de Melville est essorée pour n'en garder que la partie, sinon la moins intéressante, en tout cas la moins littéraire.

    Bartleby, héros du Rien, incarnation du Vide, pouvait difficilement être représenté en bande dessinée, et il faut bien dire que Munuera pouvait difficilement faire mieux. Si la satyre sociale y est bien présente, le principal intérêt de la nouvelle originale, objet éminemment littéraire bien plus que social, parodique, satyrique... n'est pas là.

    Ceci étant dit, on peut très bien s'en tenir là, ça reste un album fort agréable à lire.

    Omega man Le 06/03/2021 à 02:04:03

    Cette œuvre sociale est importante et vous devriez vous y plonger au cours de votre vie de lecteur et d'Homme.

    L'album est beau et la postface est d'une grande qualité.