Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Raowl 2. Peau d'âne, la princesse qui pue

11/02/2021 3404 visiteurs 7.0/10 (1 note)

R aowl est une bête. Lorsqu’il éternue, il se transforme en prince charmant. L’horreur. Dans sa famille, cette malédiction est transmise de père en fils. Son aïeul, lui, quand il pétait, il se métamorphosait en petit Lapin. La honte ! Une nuit, au milieu d’une forêt, Raowl fait rôtir un poulet devant un glaçon dans lequel est emprisonnée la reine des neiges. À cet instant, des orcs, alléchés par l’odeur de la volaille grillée, viennent le menacer. Aussitôt, fendant le ciel, Peau d’âne fracasse un tronc d’arbre sur la tête des bonhommes verts. Au cours de la bataille, la glace et la princesse qu'elle contenait se brisent en mille morceaux. Afin de s’excuser des dégâts, la prompte massacreuse propose à notre ami de le guider jusqu’à la tanière d’un troll dont d’aucuns racontent qu’il a fait prisonnière l’héritière de tout un royaume.

Tebo maltraite nos mythes et légendes et installe dans la durée un héros aussi puissant que Captain Biceps et aussi peu séducteur que le blondinet de Samson et Néon. Sa réinterprétation des contes de fées à la sauce humour de cabinet fait mouche. Normal, l’auteur caennais s’y connaît en blagues de toilette (In caca veritas, In pipi veritas et l’incontournable Je pète, donc je suis). D’autant plus qu’il s’est déjà frotté à l’exercice du détournement, accompagné de Nicolas Kéramidas, dans l’excellente trilogie Alice aux pays des singes (intégrale éditée le 20 janvier dernier chez Glénat).

A contrario du premier opus, ce volume n’est pas scindé en deux parties distinctes. La narration est fluide et le rythme des pitreries est moins prévisible. Le bédéiste chausse tout de même parfaitement les sandales du faiseur de gags et arrose sa péripétie acidulée, de dialogues jouissifs et bien tournés. Modèle du genre, la conversation entre un nécromancien et des esprits décroche la mâchoire. La dose d’absurde et la stupidité des protagonistes marquent le cousinage avec Kaamelott et la patte si distinctive d’Alexandre Astier se fait sentir. Pré-publié au sein du journal Spirou, Raowl est donc étiquetée série jeunesse. Mais n’en déplaise aux enfants, c’est leurs parents qui suivent d’un regard charmé les mésaventures de la boule de poils.

Tebo a inventé son langage graphique pleinement orienté vers la grosse marrade. Son code le contraint un peu, pourtant il arrive à se renouveler et impressionne par ses idées. Les personnages féminins semblent influencés par le style cartoon de son tchô ami, Zep ; alors que les rôles masculins sont davantage déformés (nez biscornus, oreilles énormes, petites tailles, embonpoint voire rondelets). Le décorum est toujours limpide et ses planches agréablement aérées. Il pose une ligne à l’épaisseur variable sans ajouter le moindre effet de matière, d’aplat ou d’ombres portées. La mise en couleur passe aux révélateurs ses dessins pour un rendu tonique et jubilatoire.

Un bémol : la maquette de la bande dessinée. Le tome inaugural était orange et le second arbore un bleu pâle. Une chose est certaine concernant la troisième escapade consacrée à la Belle au bois dormant, le dos de l’ouvrage va massacrer la rétine des ayatollahs des bibliothèques joliment accordées !

Raowl, Peau d’âne la princesse qui pue possède tous les ingrédients pour inscrire durablement la saga dans les annales. Y’a de la mandale, de la torgnole, des pétoux (sorte de petits pets) et même un bisou. Du grand art !

>>> Lire la chronique du tome 1.

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Raowl
2. Peau d'âne, la princesse qui pue

  • Currently 2.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (6 votes)

  • Tebo
  • Tebo
  • 01/2021 (Parution le 29/01/2021)
  • Dupuis
  • 979-10-34747-80-1
  • 72

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 31/01/2021 à 19:00:37

    J’ai moins accroché à cet épisode qui est moins un épisode de Raowl, qui suit et subit, qu’un opus à la gloire de cette version de peau d’âne.
    Alors ça reste rigolo par certaines scènes et inventivité, on a une fin bien construite révélant tout, mais on nous a tellement présenté un héros invincible dans le premier tome que dans celui-ci, ça marche moins tant il fait peu.