Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

E lles passent vraiment de bons moment à trois, là, comme ça, à jouer dans la forêt à traquer des chimères. Pour Max, aimer Bron, c'est pareil que respirer ou manger, c'est vital. Mais Bron traîne avec elle le poids du regard des autres car, devenir femme après avoir été homme, c'est confus dans sa tête et dans son corps, enfin, surtout dans l'esprit des gens : sa famille ultra catho, la sœur de son amoureuse et puis les autres. Enfin, non, pas pour Nessie, la nièce de Max : c'est même parfaitement simple, elle l'aime comme elle est et ne se pose pas de questions. Pourquoi la vie est si compliquée ?

Voici le premier roman graphique d'une jeune auteure australienne qui présente une acuité assez impressionnante sur un sujet casse-gueule. Lee Lai dissèque une relation amoureuse aux prises avec les tourments intérieurs d'un couple féminin atypique, puisque l'une d'elle est transsexuelle. L'environnement familial s'y greffe avec des parents rigides qui n'acceptent pas ce changement d'identité et des sœurs respectives tout aussi chamboulées avec leurs idées arrêtées. Seul personnage équilibré, la fillette qui, agissant le plus naturellement du monde, semble détenir la vérité, c'est à dire, être soi-même. L'écriture est fine, sans pathos ni jugement. La psychologie des acteurs sonne vrai, leurs réactions représentant le monde tel qu'il existe.

Quatre cases par page de manière invariable, l'artiste joue ainsi la carte de l'épure graphique, mettant en images ce théâtre de l'intime sur la seule base de scènes dialoguées. À l'aide d'un trait fin gracieux et de lavis gris-bleu intense, les planches instaurent ce caractère intime qui explore la psyché de chacun des protagonistes. Les moments de complicité dans la nature apparaissent comme autant de bouffées d'air dans le récit qui aurait pu rapidement être plombé ou tomber dans la psychologie pompeuse.

Sensible, pudique et résonnant avec justesse, Le goût de la nectarine convainc sans effort en offrant une page de tolérance bien méritée.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le goût de la nectarine

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.