Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Blue Period 1. Tome 1

04/02/2021 4654 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

Y atora a tout d’un élève modèle : brillant, même dans les matières qu’il n’affectionne pas, studieux et populaire. Son avenir semble tout tracé et il n’a que l’embarras du choix quand il s’agira de choisir l’université de ses rêves. Pourtant, quand le jeune homme rentre le soir chez lui, des dizaines de questions l’assaillent : ses relations amicales sont-elles vraiment sincères ? pourquoi se force-t-il à participer à des activités qui ne lui plaisent pas ? et surtout, est-il heureux ? C’est en passant par hasard devant un tableau réalisé par une camarade de classe que le déclic se produit : le premier pas vers sa nouvelle vie sera une inscription au club d’Arts de son lycée.

Pour quiconque a joué les touristes dans l’arrondissement de Shibuya à Tokyo, il est difficile d’imaginer ce quartier, frénétique et constamment noir de monde, teinté d’une douce lueur bleue. C’est pourtant ce qui traverse l’esprit de Yatora quand il parcourt ce temple de la mode tôt le matin, au moment où le soleil projette ses premiers rayons. La couleur fait évidemment référence au titre de ce manga, signé Tsubasa Yamaguchi, mais aussi à la jeunesse de l’immense Pablo Picasso.

Difficile d’échapper au classicisme du parcours initiatique dont les auteurs japonais sont friands, qu’il s’agisse de sport ou d’autres pratiques plus ou moins opaques. Néanmoins, les premières pages rassurent très vite et le lecteur est immédiatement happé par une narration sans faille. Le récit se veut didactique et une large part d’expériences personnelles s’en dégage. L’autrice n’a pas hésité à faire appel à d’autres artistes ainsi qu’à d’anciens professeurs pour réaliser certains dessins disséminés tout au long de l’ouvrage. Le monde artistique nippon, notamment à travers ses écoles d’Arts, se dévoile comme Akiko Higashimura le fait également dans Trait pour trait. Mais c’est surtout, et de façon plus universelle, le mal-être étudiant et les questionnements liés à l’incertitude de l’avenir qui sont très intelligemment évoqués. Les personnages entourant Yatora ne sont pas non plus dénués d’intérêt : Yûji, un garçon qui aime se travestir en fille, Yotasuke, qui déborde de talent ou Mori, dessinatrice de la peinture qui a révélé la passion de Yatora.

La qualité du découpage n’est pas étrangère à la réussite de l’album. L’autrice alterne les planches muettes - celles mettant en scène Yatora face à son premier coup de foudre artistique sont remarquables -, les scènes de dialogues jamais lourdes ou redondantes et les fiches explicatives quand il s’agit d’aborder le b.a.-ba de l’apprenti-peintre.

Véritable succès en Asie en 2020 (Lauréat du Prix Manga Taishô, Lauréat du Prix du Manga Kôdansha, Sélection pour le prix culturel Osamu Tezuka…), Blue Period affiche déjà neuf tomes sortis au Japon. Une série à découvrir d’urgence.

Par L. Gianati
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Blue Period
1. Tome 1

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 18/04/2021 à 13:16:57

    Série qui me faisait très envie de par le sujet (la peinture et son apprentissage) et une superbe couverture, je remercie Pika pour ce nouveau partenariat qui me permet de découvrir un album qui a énormément fait parler de lui sur les réseaux sociaux à sa sortie et qui a raflé plusieurs prix importants au Japon. Et pour cause puisque cette introduction est tout à fait prenante en plus d’être (surprise pour moi) tout à fait pédagogique. Sur des dessins assez épurés au trait fin que j’attendais un peu plus impressionnants, l’auteur nous surprend d’entrée de jeu en brisant le modèle du manga de lycée avec un héros qui n’est non pas introverti mais plutôt la star du lycée, beau, brillant dans toutes les matières, parfaitement socialisé et curieux qui plus est. Le gendre idéal! Mine de rien ça change des habitudes et attise tout de suite l’intérêt en posant un récit très positif qui cherche plus à creuser la naissance d’une passion que d’appuyer le pathos. Le récit nous perturbe également en proposant un personnage de travesti qui semble parfaitement inséré dans son milieu, si bien qu’on doute tout le long d’avoir bien compris qu’il s’agit d’un garçon à l’apparence d’une fille. Dans un Japon aux codes conservateurs on se surprend à tiquer avec nos codes occidentaux sur cette normalité inhabituelle… De façon très posée, simple, le héros va donc d’abord découvrir les émotions graphiques puis le club d’arts plastiques où une professeur passionnante va délicatement lui ouvrir l’esprit, ce qui va éveiller en lui la possibilité de s’inscrire dans une université de beaux-arts alors que la voie lui était tracée vers une école d’élite scientifique. Cela permet de jolis passages de vulgarisation qui parlera aux amateurs de manga en les titillant sur leur consommation qui pourrait déboucher sur de la création, pour peu qu’ils aient envie de s’entraîner sur des techniques simples mais qui nécessite un travail comme toute autre discipline. Une très belle introduction, très maîtrisée, qui a tout dans sa besace pour devenir une grande série.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/13/manga-en-vrac-8/