Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Donjon Zénith 8. En sa mémoire

21/01/2021 6187 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

C hez les Draconistes, la loi est sacrée et il faut la respecter. Conscient de l'importance de ce crédo, mais surtout par amitié, Herbert a accepté d’aller annoncer dans les règles les fiançailles de Marvin à sa maman. Problème, cette dernière est morte, assassinée. D’abord pris pour le coupable, il arrive à plaider sa cause en échange de la capture du meurtrier. Cependant, il faut agir promptement, car dès que son ami apprendra la triste nouvelle, ça risque de chauffer.

Arrivé au tome quarante (environ), la tâche de Lewis Trondheim et Joann Sfar tient autant du puzzle que de l’écriture. Imaginer de nouvelles aventures à leurs héros ne pose pas de problème en soi. Non, la réelle difficulté se situe dans l'ajout, à chaque livraison, d'éléments inédits compatibles avec le « corpus Donjon » existant. Ce labeur est sûrement ardu, mais, loin du pensum, il s'agit certainement d'un excercice jubilatoire sur le plan intellectuel.

Une simple mission transformée en une enquête ponctuée de bagarres ; résumée telle quelle, l’intrigue paraît légère pour remplir un album. Par contre, c’est oublier un peu vite ce qui fait le piquant de la série ! En effet, outre ces péripéties, En sa mémoire permet de mieux cerner les Draconistes chers à Marvin et d’introduire deux personnages importants quand la saga arrivera à son crépuscule. Ces informations et bouts d’anecdotes nourrissent et complètent ainsi un univers déjà luxuriant. De plus, comme tout est fait dans la bonne humeur et, apparemment, sans autre effort que celui de s’amuser à raconter, la lecture s’avère être une véritable partie de plaisir.

Pour ce qui est du plaisir de créer, Boulet n’est pas le dernier et il est prêt à relever tous les défis. À ce propos, les mœurs contrastées des Draconistes lui offrent la possibilité de dessiner quelques morceaux de bravoures impressionnants. Impossible de ne pas citer l’énorme duel final : ces planches cataclysmiques pleines de feu, de furie et de drôlerie (quand même) soulignent toute l’étendue de son talent et de son inventivité graphique. Quelques pages supplémentaires auraient même été les bienvenues, la conclusion finale étant un peu sèche et rapide après tant de fracas.

En plus de retrouver des vieux amis et de rigoler un bon coup, un nouveau Donjon est également l’occasion de découvrir des bribes inédites d’une légende en perpétuelle construction. Sur ces points cruciaux, En sa mémoire ne désappointe pas, loin de là.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Donjon Zénith
8. En sa mémoire

  • Currently 3.59/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Arkadi Le 11/08/2022 à 08:49:35

    Si Trondheim et Sfar sont des scénaristes émérites, ils sont aussi de grands dessinateurs et c'est peut être pour offrir à Boulet du champ libre qu'ils ont construit un scénario plus simple qu'à l'accoutumée.

    Car Boulet s'en donne à cœur joie dans cet opus. Pour son plaisir et pour le notre, il illustre de magnifiques cases. Car d'habitude, les cases sans bulles sont rares dans l'univers Donjon et ici elles sont nombreuses, laissant aux dessins le bonheur de s'exprimer, aux émotions simples de l'attente ou de la beauté le bonheur de virevolter dans une lecture qui reste tout de même drôle et haletante sur la fin. Les décors de Boulet sont sublimes, l'ambiance à la fois tranquille et violente aussi. Les personnages (surtout les dragons) ont des caractères propres à chacun juste par l'image. Mais là ou il est très fort c'est dans les actions de combats. Le tout dernier de l'album est visuellement magnifique d'action et de cadrage. Boulet fait du grand art.

    Et l'histoire, si elle est simple, n'est pas simpliste. On en sait tellement plus sur l'ubuesque religion draconiste. Et ce kafkaïen sacrée permet tant de nous faire marrer. Il y a aussi le rapport entre Marvin et Herbert qui, toujours un peu plus, touchent le lecteur. Cette amitié est si bien narrée, sans manichéisme en épousant les complexités de la nature humaine avec brio. Et puis il y a la blague sur la brosse à dent qui m'a fait personnellement hurler de rire.

    C'est si agréable pour moi qu'un album de Donjon prenne le temps alors que tous les autres n'en prennent jamais ou rarement. L'histoire est plus intime, évoluant dans une sphère réduite à quelques personnages et un seul lieu simple. Et, pourtant, elle apporte son lot de nouvelles informations et l'introduction de personnages importants (bien foutu les intro surtout pour Gilberto) dans Donjon Crépuscule. On respire. On profite pleinement de Marvin ( extraordinairement touchant dans cet opus) et de Herbert ( qui a de plus en plus la confiance sans prétention car, désormais, il écoute son instinct sans en douter).

    Certes, si les auteurs prennent leurs temps dans ce genre de respiration scénaristiques, ils vont être nombreux les albums Zenith pour le raccorder à Crépuscule.

    Mais bon, moi ça me va. et Même très bien.

    Pulp_Sirius Le 04/09/2021 à 23:18:43

    Le moins bon Zénith depuis longtemps. L'histoire est très anecdotique. D'ailleurs, et le septième et le huitième Zénith semblent s'être écartés de l'histoire principale qui se développait à cette époque jusqu'à présent. À la rigueur, cet album aurait pu être un Donjon Parade, avec un côté un peu moins loufoque.

    De plus, le dessin de Boulet n'est plus ce qu'il était; je le trouve fade. Comparez son dessin dans le tome 5 à celui-ci, par exemple! Ce n'est pas du tout du même niveau! Je suis prêt à un changement de dessinateur pour cette époque. Pas le pire album de la série, mais loin d'être le meilleur.

    dz4dz Le 17/01/2021 à 15:49:44

    Je suis fan de la série mais ce tome n’est pas à la hauteur du reste.
    Histoire insipide. Pas de gags et de la redite de choses déjà vues et revues dans les autres tomes.
    Vraiment déçu de ce travail bâclé par les scénaristes. Je ne pense pas qu'ils soient en manque d'inspiration, cela donne plutôt l'impression qu'il a été écrit à la va vite entre deux autres projets juste histoire de cocher la case "on a sorti un donjon zenith cette année". On aurait pu s'en passer et attendre un an de plus.
    Dommage pour une série qui jusque là faisait un sans fautes...

    kingtoof Le 17/11/2020 à 18:53:29

    Toujours trop bien !
    C'est drôle et on apprend tout le temps de nouvelles choses sur ce monde fascinant.
    On se sent proche de ces personnages majeurs du 9ème art que sont Herbert et Marvin, que l'on suit depuis plus de 20 ans.

    minot Le 05/11/2020 à 16:59:07

    Humour décapant et aventure épique et rocambolesque sont les deux piliers de la série "Donjon Zénith", et ce huitième tome ne déroge pas à la règle. L'aventure est drôle (Herbert qui enquête, c'est rigolo), l'action bien "donjonesque" (les scènes de bagarre avec les Anciens Porteurs sont bourrines à souhait et spectaculaires) et la quête que mènent nos héros est aussi passionnante qu'improbable (d'abord simple mission pour aller annoncer des fiançailles, le tout va se transformer en traque vengeresse d'un mage puissant avec moult dragons gigantesques et guerriers féroces à affronter ... du DONJON tout craché !).

    Niveau background, la série commence à rattacher de plus en plus les wagons avec l'époque Crépuscule (quel bonheur de découvrir la jeunesse d'Orlondow et de Gilberto !), sans oublier de faire des clins d'oeil à l'ère Potron-Minet (vue fugace de la maman de Marvin).

    Le tout est parfaitement ficelé et magnifiquement habillé par le dessin de Boulet tout en maîtrise, qui sublime les paysages variés de Terra Amata et arrive à donner une grande personnalité aux personnages.

    De l'aventure, de l'humour, de l'émotion ... bref, encore un "Donjon Zénith" vraiment cool !