Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

La compagnie des glaces 6. Jdrien - Yeuse

19/09/2005 8185 visiteurs 6.2/10 (6 notes)

L ien Rag s’est épris de Jdrou, une jeune Rousse, et a déserté son poste de glaciologue pour tenter de vivre cet amour compliqué. Caché par un exploitant forestier, il prend le risque de se montrer à nouveau lorsque Jdrou est capturée par des esclavagistes. Dans sa quête, il va croiser Yeuse, la belle danseuse, qui cache à peine ses sentiments pour lui, mais va néanmoins l’aider.

Vu la complexité de l’histoire et la difficulté de l’adaptation de l’œuvre originale, il n’est pas inutile de se replonger dans les cinq premiers tomes pour bien aborder celui-ci, avant le suivant qui clôturera dès le mois prochain le cycle Jdrien. C’est aussi l’occasion de mesurer les progrès considérables, notamment graphiques, qui ont été effectués depuis Lien Rag, premier épisode paru il y a deux ans.

Le studio JOTIM qui se partage les tâches pour assurer un rythme élevé de parution a maintenant trouvé son allure de croisière, et donne enfin une certaine unité à l’ensemble malgré des mouvements dans l’équipe. Alors que Lidwine continue d’enchaîner de superbes couvertures, les défauts grossiers des deux premier tomes sont désormais oubliés, et la série franchit même un nouveau cap dans ce tome où TieKo se voit confier les personnages principaux et les décors intérieurs. Dans la continuité du bon travail de Lecureley puis de Malnati, le trait gagne en précision mais aussi en personnalité, tandis que les couleurs prennent des nuances plus sombres qui conviennent parfaitement au virage pris par l’histoire.

A la différence des deux épisodes précédents qui souffraient de la nécessité de faire progresser rapidement l’histoire, celui-ci s’éloigne des thèmes politiques et se concentre sur les relations entre les protagonistes. Ceux-ci gagnent enfin en profondeur, tandis que le déroulement pour une fois linéaire donne à cet album le rythme qui fait trop souvent défaut à ses prédécesseurs.

Ce sixième tome marque un tournant à la fois dans l’histoire et dans le style. Plus abouti, il pourrait être le déclic qu’attendaient de nombreux déçus des premiers épisodes pour revenir à une série au concept aussi passionnant. A noter pour les plus curieux qu’on peut d’emblée découvrir le story board du septième tome pour un léger supplément, et admirer ainsi le travail de Rossi.

Par M. Antoniutti
Moyenne des chroniqueurs
6.2

Informations sur l'album

La compagnie des glaces
6. Jdrien - Yeuse

  • Currently 3.41/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (46 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saigneurdeguerre Le 22/11/2020 à 16:45:14

    Dans un coin de Wood Station, des hommes font la queue avant d’entrer dans un wagon, ou ce qu’il en reste. Que font-ils là ? Ils viennent « se soulager » les bourses… Ils se suivent pour violer une femelle roux ramenée par des chasseurs qui se font payer pour ce « service ». La femelle ne résiste pas à la température bien trop élevée pour son organisme. Il est temps pour les chasseurs de ramener de nouvelles proies…

    Critique :

    Lien Rag a déserté. Lien Rag aime les Roux. Lien Rag est carrément tombé amoureux d’une femelle roux. Ou plutôt, c’est elle qui est tombée amoureuse du glaciologue, et lui a été emporté par une tornade de sentiments qui l’attire vers cette femme d’une autre espèce. Pas facile pour eux de s’étreindre : lui qui a besoin d’un minimum de chaleur et elle qui a besoin du froid ! Leurs étreintes ne peuvent qu’être brèves sous peine de devenir mortelles pour l’un des deux.
    Lien a trouvé du travail chez les Hansen qui exploitent une forêt sub-glaciaire. Pietr Hansen y emploie des Roux. Et non seulement il les nourrit correctement mais en plus, il les paie ! Pietr déteste l’esclavage. Lien y a amené la tribu de Jdrou pour qu’ils y soient à l’abri.
    Malheureusement, un peu partout des chasseurs de Roux se mobilisent pour les amener de force dans des cages dans les villes-stations où ils font cruellement défaut pour gratter la glace sur les dômes, activité vitale pour les populations qui vivent dans ces stations, sous peine de voir les verrières céder sous le poids de la glace. Ces chasseurs sont la lie de la population. Pour la plupart, ces chasseurs sont des criminels sans aucune moralité.
    Lien retrouve Yeuse. Yeuse, la meneuse de la revue du Cabaret Miki. Yeuse amoureuse de Lien. Lien qui aime Yeuse mais qui est fou de Jdrou !
    Quand Lien retourne dans l’exploitation forestière, le spectacle qu’il découvre est abominable. Les chasseurs de Roux sont passés par là…

    Bien sûr, ceux qui ont lu les romans de G. J. Arnaud seront déconcertés par les raccourcis pris par la BD. C’est un peu fatal vu l’ampleur du feuilleton. Néanmoins, l’équipe qui s’est unie pour concocter « La Compagnie des Glaces » en bandes dessinées a réussi à conserver une certaine cohérence entre les albums. Ce n’est pas parfait, certes, mais vu l’ampleur de la tâche, c’est du très bon travail. Mon seul bémol concerne la couverture qui présente une Yeuse qui est loin de ressembler à la grande séductrice qu’elle est !