Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Le labo (Bourhis/Varela) Le Labo

18/01/2021 3111 visiteurs 6.0/10 (4 notes)

L a révolution informatique a débuté à la fin des années soixante au sein de laboratoires américains, particulièrement en Californie. Très techniques et inutilisables pour le commun des mortels au départ, il faudra attendre une bonne dizaine d’années et quelques bidouilleurs de génie pour que les ordinateurs atteignent un plus grand public. Ça, c’est l’histoire officielle, celle qui se trouve dans les livres. En réalité, tout s’est passé en France ! La chose est peu connue, mais la majorité des découvertes qui ont mené au monde numérique d’aujourd’hui ont été imaginées, conceptualisées et construites à l’intérieur du département R&D de la Bercop, une compagnie de photocopieurs sise dans la petite localité de Beyariac, Nord-Charente. Malheureusement, suite à une série de déboires industrio-économiques et de malheureuses décisions politiques, ces précieuses technologies ont été abandonnées et récupérées par la suite par des petits malins de la Silicon Valley.

Entre uchronie et plaisir pur de raconteur, Hervé Bourhis ré-imagine dans Le Labo les étapes qui ont mené au développement des premiers Mac ou PC à l’orée des années quatre-vingt. Plutôt que de proposer un nouveau Petit livre comme il l’avait fait pour le Rock, la Bande dessinée ou la Black Music, il a préféré la fiction décalée afin d’arriver à ses fins. Il en profite aussi pour offrir un portrait bien senti de la société de l’époque et des effets, directs ou voilés, provoqués par la contre-culture sur celle-ci. Ultra-documenté, le scénario se montre si bien ficelé que les péripéties et les trouvailles de Jean-Yves et de ses comparses bigarrés en finissent par être plus que plausibles. Ce travail de transposition d’une réalité dans une autre possible s’avère tout bonnement formidable.

Lucas Varela prête sa plume pour narrer ce récit « presque vrai ». Dessinateur à l’univers varié (SF, anticipation, BD documentaire, relecture assassine de titres du répertoire), il s’est très bien adapté à cette narration mêlant progrès scientifique et terroir charentais. En effet, même si les Freaks Brothers font une petite apparition en fournisseurs de littérature et de produits de leur cru, il s’agit également d’un roman initiatique dans les règles de l’art. Le jeune Jean-Yves, pour s’émanciper de son père, devra faire un long parcours (en partie à la course à pied, une nouvelle mode made in USA arrivée récemment dans l’Hexagone) avant de pouvoir se révéler à lui-même. La mise en scène variée et le découpage précis rend compte de ce cheminement personnel avec des planches classiques qui se mettent à onduler, voire à exploser lors d’épisodes visionnaires à forte teneur en THC. Les images répondent aux textes sur la même longueur d’onde, cette cohésion entre propos et illustrations est certainement pour beaucoup dans l’ambiance unique de ce conte à haut degré de potentialité.

Et, au final, pourquoi pas ? Le dosage entre faits avérés et pure invention est tellement intime qu’il permet tous les fantasmes. Étrange et un peu bizarre au premier abord, l’approche originale du Labo se montre rapidement probante et captivante. Bravo les artistes.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Le labo (Bourhis/Varela)
Le Labo

  • Currently 3.88/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (8 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Eric DEMAISON Le 24/02/2022 à 17:48:50

    Le scénario nous raconte l'histoire improbable d'un laboratoire implanté en Charente qui invente et jette les bases de l'informatique moderne. C'est à la fois ubuesque, car rien ne s'est passé comme cela, et réel car l'informatique individuelle est un peu née de cette façon par des iconoclastes rêveurs et visionnaires.
    L'idée est bonne, mais j'ai malheureusement trouvé que les aventures et le scénario n'était pas suffisamment ubuesque et grinçante ce qui rend le récit un peu trop monocorde et fade. Dommage, le dessin est particulièrement plaisant et H. Bourhis m'avait particulièrement plu lors de ses aventures rocambolesques du Teckel.

    teq38 Le 21/01/2022 à 09:39:14

    Très bonne surprise que ce récit humoristique d'un magnifique ratage à la Française, celui de l'ordinateur individuel et d'Internet versus Minitel.
    On retrouve avec plaisir les années 70-80 chères à Hervé Bourhis (le Teckel aurait sa place dans cet univers). La construction est intelligente, mêlant les scènes de vie de l'époque (réunions tupperwares ou repas de famille par exemple), le monde de l'entreprise paternaliste et figé, quelques visions hallucinatoires, et ne manque pas de scènes cocasses pour construire une fiction on ne peut plus réaliste. Servi par un dessin très agréable bien qu'un peu trop épuré, et une belle esthétique d'ensemble en phase avec l'époque, ainsi que par des personnages bien creusés sans trop tomber dans la caricature.
    A rapprocher de la série télé Au Service Secret de la France, pour sa mise en avant des travers français de l'époque (le côté supérieur par rapport au reste du monde, la mysoginie, le carcan administratif, le modèle familial ...) .
    Enfin, cerise sur le gâteau, un petit explicatif en fin d'album sur les sources d'inspiration du récit. Pas vraiment une fiction donc ;)
    Je recommande vivement !