Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Servitude 6. Livre VI - Shalin (Seconde partie)

14/01/2021 7491 visiteurs 7.8/10 (4 notes)

S ervitude : nom féminin.
État de celui ou celle qui est serf. État de dépendance totale d'une personne soumise à une autre, d'un peuple, d'une nation soumis(e) à un(e) autre. Voilà pour la définition (Larousse et Robert)

Le sacrifice de Sékal pousse les Riddraks à réfléchir à leur position dans le conflit, alors que le roi Arkanor et ses hôtes font face au siège d'Othar de Vériel et de son armée hétéroclite de mercenaires d'Erden, de Drekkars et de fils de la Terre. De son côté, Kiromedon sort enfin de l'ombre, jugeant l'heure venue pour lui d'anéantir les hommes et de reprendre son bien...

C'est dans cette situation que les lecteurs retrouvent leurs héros. Cinq albums auront finalement été nécessaires pour mettre en place tous les éléments et préparer l'issue tant attendue. En prenant le temps de présenter chaque peuple, les auteurs ont construit avec brio un univers dense quitte à perdre les moins courageux de leurs lecteurs. Souvent rapprochée de A song of ice and fire, l’œuvre de George R.R. Martin, l'histoire s'en détache rapidement pour s'intéresser autant aux personnages qu'à l'enjeu du combat qui oppose les Puissances et les hommes à la Divinité Créatrice. Complexe, de part les rapports qui régissent ces divers clans, leurs organisations et les manipulations dont tous sont victimes, elle n'en reste pas moins compréhensible. Les nombreux compléments, présents en page de garde et intégrés avec intelligence (sous forme de chanson, de lettre, de lexique, de chronologies etc.) sont une mine d'or. Et une fois les liens (Drekkars-Dragons, Vanareks-Sirènes Fils de la Terre-Géants, Iccrins-Anges, Riddraks à l'écart) et les enjeux (la volonté de certains et celle de Kiromedon) dévoilés, tout s'enchaine et s'imbrique à merveille.

À l'occasion de ce Shalin - seconde partie, Éric Bourgier signe peut-être bien sa meilleure prestation. En constante progression depuis les premières cases, l'artiste montre qu'il ne s'endort pas pour autant sur ses acquis. Un découpage précis, collant parfaitement au rythme, des cadrages variés, offrant l'occasion de contempler le soin apporté aux décors et paysages (la vue plongeante page 13 !) et toujours ce travail sur les textures qui donne véritablement corps aux personnages. La gestion du sépia comme celle de la lumière, depuis longtemps maitrisées, sont encore une force à l'heure de la grande bataille qui compose le fil rouge de cet opus. Dynamique, précis et généreux, son trait est au diapason d'un scénario inventif et solide de bout en bout dans lequel il devient aisé de s'immerger. Si les plus chagrins reprocheront la fin précipitée de Kiromedon ou regretteront le temps de parution, cela ne doit pas masquer la cohérence de la saga ainsi que la volonté des auteurs de ne pas s'éparpiller (il y avait matière) ni s'écarter de leur ligne directrice. C'est aussi à saluer.

Servitude aura marqué les esprits tout au long de ses sorties. Avec cet ultime opus, Fabrice David et Éric Bourgier livre un volume à la hauteur de leurs ambitions. Soixante-cinq planches qui concluent en beauté et sur une note - colorée - d'espoir une série qui fera date dans le paysage fantasy du neuvième Art et offrira des heures de relecture.

Lire les previews des tome 1, tome 3, tome 5 et tome 6

Lire les chroniques des tome 1, tome 2, tome 4 et tome 5.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Servitude
6. Livre VI - Shalin (Seconde partie)

  • Currently 4.92/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.9/5 (25 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    sidoetmat Le 15/01/2021 à 23:23:30

    Servitude tome 6.

    Voilà c'est fini...
    Je me souviens encore il y'a plus de 10 ans quand j'ai découvert cette Bande dessinée.
    La lecture des deux premiers tomes, une véritable claque tant par la justesse et la qualité du dessin que par le scénario intrigant et bien ficelé.
    Et puis l'attente entre chaque albums pour en connaître plus sur ce monde et les différents peuples et personnages superbement travaillés dans les moindre détails: coutumes, traditions, politiques...

    Et Paf !!!! Le dernier tome est enfin là !!! Et Paf !!! Grosse déception !!!
    Le dessin est toujours aussi impeccable avec cette grosse baston finale d'un détail éblouissant , mais je n'ai rien pigé ou presque...

    Durant tout les tomes précédents on nous présente des personnages avec une minutie au cordeau qui au final disparaissent, meurent ou se transforment sans, ou bien très très brèves, explications...
    Ce côté ésotérique qui est censé expliquer bien des choses est pour moi une embrouille sans queue ni tête car à peine effleuré et expliqué.

    J'ai l'impression d'avoir revu le dernier épisode de GOT, une grosse bagarre, beaucoup de morts et des réponses à la va vite pour tout boucler.
    C'est sans doute mon côté cartésien qui me donne cet énorme sentiment de déception, ou alors je suis passé totalement à côté... car j'imagine que beaucoup d'entre vous ont aimé ce final.

    Une autre chose me dérange, c'est un détail mais bon... Ce n'est pas obligatoirement que sur cette BD :
    Je ne suis pas doué en orthographe et il m'arrive de faire des fautes, mais je ne comprends pas cette habitude, de plus en plus rependu, des auteurs, de ne pas placer le ne, n' etc... dans les phrases négatives...

    Benjardinier Le 08/01/2021 à 13:56:37

    Quel final ! Les auteurs ont eu raison de prendre leur temps pour finir cette série en 2 tomes. Ce dernier tome est époustouflant. Les dessins de Bourgier sont une merveille de subtilité, de travail d'ombre, de nuance de sépia. Chaque case est un œuvre d'art. Les scènes de combat sont aussi incroyables que les scènes de paysage, de désert, de roche. Le suspense reste entier jusqu'au bout. Et que dire des 3 dernières pages en couleur, symbolisant la fin de la servitude pour les hommes. Tout devient lumineux et on a à peine fini ce tome qu'on a envie de relire toute la série encore plus lentement. Une des meilleurs séries actuelles sans aucun doute

    Yovo Le 30/12/2020 à 10:53:27

    Quel souffle ! Cet ultime tome de Servitude est d’une intensité rarement vue en BD.
    Et cela grâce au dessin vertigineux d’Éric Bourgier qui n’aura cessé de s’affiner au fil du temps : je reste admiratif devant la précision du trait et des couleurs qui viennent donner chair aux personnages, les lumières qui sculptent les décors et les visages pour en révéler les moindres détails, le dynamisme des angles de vue et la variété des cadrages qui parachèvent les cases. Une partie graphique qui frôle la perfection, donc, et happe le lecteur au cœur d’une bataille épique, en lui en faisant ressentir toute la fureur, l’héroïsme et la fatalité.

    En revanche plusieurs « trous » subsistent dans le scenario au terme de ce dernier volet. L’histoire donne l’impression de rester en partie inachevée et des questions demeureront sans réponse ou mystérieusement allusives, comme la scène des dragons par exemple, dont la beauté ténébreuse envoûte mais dont le sens reste assez flou...
    Pour autant, inachevé ne veut pas dire inabouti. Loin de brouiller la lecture, cela confère à l’ensemble une profondeur poétique inattendue.

    Cette construction atypique est une des caractéristiques de Servitude. Dès le second tome, les auteurs ont fait choix d’une narration non linéaire, chaque épisode étant dépeint comme un "tableau", au sens théâtral du terme, n’hésitant à rompre avec les précédents. C’est une prise de risque assumée qui force l’admiration car si cela rend la lecture plus exigeante, ces différents biais permettent aussi une immersion globale dans l’univers. Ainsi la trame emprunte de multiples détours mais ne perd jamais son fil : nous chanter la geste du Royaume des Fils de la Terre, de ses fiefs et différents peuples, à travers un seul et discret personnage, Kiriel, le maître d’arme du roi Garantiel.

    L’influence de Game of thrones, écrasante sur le 1er tome, s’est peu à peu estompée pour laisser place à une épopée, certes dantesque, mais crédible, originale, et baignée de noblesse et de mélancolie.

    Ce dernier tome peut donc susciter des frustrations mais la qualité de l’œuvre transcende ses imperfections. « Servitude » restera pour moi la référence en Héroic Fantasy. Et bien au-delà, une grande série tout simplement.

    thorntrop Le 28/12/2020 à 11:23:31

    Une conclusion épique, déchirante, pour cette sublime saga. On pourra regretter des planches très sombres (une bonne partie de la scène finale ayant lieu en nocturne).... mais c'est d'un très haut niveau ! Quelle tristesse de devoir quitter nos héros après une si belle aventure. Un grand bravo à Fabrice David et Eric Bourgier

    Shaddam4 Le 09/12/2020 à 08:55:36

    Il y a des albums qui sont durs à refermer. Non seulement comme conclusion d’une grandiose aventure entamée il y a quatorze ans mais également par la frustration que la fermeture de la dernière page ouvre en nous. Servitude est un monument d’orfèvrerie artisanale, de précision documentaire, de finesse scénaristique, de qualité artistique. Il est indéniable que le plan était écrit depuis le premier album et qu’une série de cette qualité qui a refusé tout le long la facilité, ne pouvait se conclure de façon manichéenne. Reprenant l’alternance ethnographie/bataille à chaque nouvel album, il était logique que Shalin (parties 1&2) se concentre sur l’aspect guerrier de la saga. Et sur ce plan, tout comme le précédent Bourgier et David savent nous régaler de planches rageuses, de gueules cassées, de dénouements inattendus. Leur propos était de nouer la servitude volontaire des êtres dans leur société et celle des Nations, rattachées à un héritage fantastique décrit dans le Chant d’Anoerer sur le premier tome. Sachez le il n’y a pas de gloire dans Servitude, pas de happy end et tout n’est pas révélé. On pourra reprocher certaines pistes grandioses, attendues, qui restent assez cryptique faute d’une pagination nécessaire pour tout développer à terme. L’œuvre est gigantesque et comme souvent compliquée à refermer par tous ses côtés. La cohérence est pourtant là, les auteurs ayant toujours laissé l’aspect fantastique sous couverture hors quelques irruptions impressionnantes. C’est encore le cas ici… aussitôt ouvertes aussitôt refermées. Il est toujours important de laisser au lecteur sa part d’imaginaire, de ne pas tout expliquer, de laisser des portes ouvertes. Mais que de frustrations!

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/12/09/servitude-6-shalin-deuxieme-partie/

    stacco02 Le 01/12/2020 à 19:15:52

    Un très beau final voire époustouflant au niveau graphique.
    L'héroic fantasy n'est pas ma tasse de thé mais le trait "sublime" d'Eric Bourgier m'a fait plonger avec bonheur dans cette histoire d'un autre temps, d'un autre monde.
    Indispensable

    yannzeman Le 27/11/2020 à 14:49:47

    Comme kergan666, je n'ai pas tout compris à l'histoire. Et pourtant, j'ai fait "l'effort" de relire les tomes précédents avant, pour ne pas avoir de difficulté à m'y replonger.

    J'ai eu besoin des explications d'une bonne âme, sur le forum, sinon je passais complètement à côté de certaines choses pas si accessoires que cela.

    Surtout, si le dessin est sublime et n'appelle pas vraiment de critique ou bémol, je suis un tout petit peu déçu du scénario.

    L'affaire a commencé (il y a quelques années maintenant...) par des promesses, d'épique, de grandiose, de peuples, de civilisations. Et puis alors que l'histoire s'est accéléré, elle s'est transformée en parcours initiatique d'un seul homme (ou presque).

    Et tout le reste a été occulté par les auteurs.
    Que deviennent les peuples ? Les monarchies ?
    Où sont les géants, les dragons et toutes ces créatures promises ?

    Si j'étais méchant, je dirai "too much ado for nothing" (beaucoup de bruit - et de fureur - pour rien).

    La comparaison avec la saga de "game of thrones" ne tient pas, au final, car les romans (et même la série TV) ont au moins ce mérite de ne pas focaliser trop sur 1 ou 2 personnages, mais de relater le destin d'une multitude de personnages, et d'expliquer ce que deviennent ces personnages et ces peuples.

    Autant dire que la fin proposée dans "Servitude" m'a un peu déçu, comme ne m'a pas totalement convaincu la personnalité des personnages. Ce n'est pas qu'il ne sont pas attachants mais ils manquent un peu de personnalité. En faire des êtres torturés (je pense à F'Lar) n'en fait pas des personnages épiques pour autant.

    Au final, c'est très bien dessiné, cela plaira aux amateurs de bruits et de fureur, mais je reste un peu frustré par la fin, que je trouve réductrice.
    En cela, des sagas comme "le seigneur des anneaux" sont un cran au dessus.

    kingtoof Le 15/11/2020 à 22:33:40

    Certainement la meilleure œuvre d'Héroïc Fantasy.
    Les dessins sont magnifiques, le scénario est sombre et extrêmement bien huilé avec des personnages approfondis.
    L'invention d'un univers qui va disparaître sous nos yeux au cours de ces 6 tomes.

    crisminou Le 08/11/2020 à 18:17:50

    Digne du 9ème art. Certains s'y engouffrent d'autres y surnagent. Merci messieurs Bourgier et David pour le bonheur que vous m'avez apporté en lisant "Servitude".

    kergan666 Le 04/11/2020 à 23:21:35

    bon voila la fin de la saga.
    j'ai adoré lire ces albums même si j'avoue ne pas avoir tout compris surtout ce tome 6.
    une chose par contre qui m'énerve particulièrement chez beaucoup de scénaristes est cette habitude d'oublier les formes négatives dans les phrases.
    ce n'est pas grave en soi et je corrige automatiquement mais ce n'est pas agréable.
    le français est une belle langue pourquoi l'abimer?
    en dehors de ces "petits" détails les dessins sont superbes et d'une qualité rarement atteinte.
    les détails sont partout et c'est véritablement un plaisir de les découvrir.
    les expressions sont également d'une précisions chirurgicale.
    il y a beaucoup de dessinateurs doués et talentueux mais Eric Bourgier est vraiment au niveau des meilleurs voir au dessus.
    cette série est et restera dans ma bibliothèque.