Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Yakari 41. Le fils de l'aigle

21/12/2020 3888 visiteurs 5.0/10 (1 note)

U n aiglon a fait une chute et se retrouve coincé dans une fissure ! Il faut réagir vite, car il est blessé. À la demande de Grand Aigle, Yakari prend les choses en main. Il lui faudra bien du courage et l’aide de ses amis pour oser s’engager sous la montagne afin de secourir le malheureux.

Après deux histoires dans la continuité, Joris Chamblain laisse les rênes de Yakari à Xavier Giacometti. Scénariste néophyte, ce dernier connaît néanmoins parfaitement l’univers du petit papoose, ayant travaillé longtemps sur la série animée ainsi que le récent long métrage. Avec Le fils de l’aigle, il propose une intrigue minimaliste au rythme soutenu et aux rebondissements incessants. Ce choix éditorial limité surprend un peu, mais apporte indéniablement du peps à la collection. Par contre, le traditionnel ton poétique et naturaliste paie le prix de ce changement de direction narrative. L’intention de modernisation est compréhensible, cependant force est de constater que le résultat perd passablement en originalité et finit même par ressembler beaucoup à un produit jeunesse standard dans lequel n’importe quelle équipe de héros aurait aussi bien pu faire l’affaire.

Heureusement, aux pinceaux, Derib continue d’animer avec le même plaisir les tribulations amérindiennes de son personnage fétiche (avec Buddy Longway, il va sans dire). Dans cet album riche en protagonistes, il a également l’occasion de dépeindre plusieurs animaux-acteurs déjà bien connus des lecteurs. Efficace et élégant comme à son habitude, le dessinateur se fond superbement dans ce scénario à haute intensité. Visuellement, les nombreuses vues montagneuses sont à relever. À l’instar de son ami Cosey, Derib démontre un talent extraordinaire quand il s’agit d’illustrer les sommets et les paysages minéraux.

Très, voire trop, centré sur l’action pure, Le fils de l’aigle offre une lecture forte en émotion. Dommage que celle-ci s’avère forcée et artificielle tant elle repose sur des ficelles dramatiques élémentaires.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Yakari
41. Le fils de l'aigle

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/12/2020 à 21:05:59

    Yakari est un jeune garçon capable de parler aux animaux et de se faire comprendre d'eux. Il est entouré de Grand Aigle, son totem protecteur, et Petit Tonnerre, son petit cheval fougueux. Cependant, Yakari est un gentil héros auquel il arrive des aventures bien prévisibles. La morale est toujours sauve grâce à la patte de l'auteur Dérib très imprégné d'une certaine culture. Nos enfants l'adorent et c'est bien l'essentiel !

    Quant à moi, je trouve qu'il manque à cette série quelque chose pour l'élever au panthéon des séries "culte" de jeunesse... Peut-être un peu de modernité et d'exigence, tout simplement. Il reste que les valeurs morales transmises ne sont pas à remettre en question. C'est utile dans un monde qui perd petit à petit ses repères.