Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

ATTENTION : Une importante opération de maintenance et de migration est prévue dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. L'intégralité des sites sera indisponible pendant une durée estimée de 8 heures.

Il faut flinguer Ramirez 2. Acte 2

30/11/2020 8395 visiteurs 6.8/10 (5 notes)

I l ne faut vraiment compter que sur la famille. Si l’arrivée in-extremis de son père enlève une écharde du pied de Jacques Ramirez, celle-ci fait aussi remonter des souvenirs lointains et douloureux. Par contre, pas le temps de s’épancher et de prendre des nouvelles du reste du clan. Outre la moitié des flics de l’Arizona et le FBI, les hommes d’Hector Rodriguez, le boss du cartel de Paso del Rio, se rapprochent dangereusement. Embarqué avec Dakota Smith et Chelsea Tyler, deux braqueuses pareillement en fuite, il file dans le désert, son Vacuumizer 2000 toujours bien calé sous le bras.

Pour le lecteur, il s’est passé deux ans depuis le premier acte des improbables péripéties de l’employé du mois de chez Robotop. Pour les protagonistes de cet hallucinant thriller à la limite des genres, la situation est différente et tout ceci n'a duré qu'un instant. En effet, après un court prologue dévoilant quelques éléments du passé de son héros, Nicolas Petrimaux reprend derechef son récit pile là où il s'était arrêté. Fusillades et poursuites à gogo, one-liners bien sentis, sans oublier plusieurs incroyables scènes d’action pure en cinémascope, plus les inévitables clins d’œil au corpus du genre, il ne manque qu’une bande son digne du nom afin de compléter le show (en fait, même pas, celle-ci existe, un code QR est fourni pour la télécharger ; elle n’est pas belle la vie ?). En résumé, accrochez-vous à vos bretelles : les moments de bravoure s’enchaînent sur un tempo infernal, avec comme terrain de jeu, les grands espaces de l’Ouest américain.

Même s’il s’autorise une ou deux audaces au niveau du scénario, Nicolas Petrimaux se laisse beaucoup emporter par le flot visuel de sa narration. Il n’y a rien à lui reprocher, tant il s’avère efficace sur ce point. La mise en page explose de tous les côtés, les cadrages n’ont rien à envier aux blockbusters, aussi bien hollywoodiens qu’hongkongais, voire spaghetti, le dessinateur propose un résultat graphique solide et particulièrement jouissif. Non, c’est davantage le fond de l’intrigue qui marque le pas, malgré différents rebondissements celle-ci demeure passablement simpliste sur la longueur. Également moins percutants, hormis pour le personnage principal, les caractères en présence se limitent à des stéréotypes, certes attendus vu le contexte, mais surtout invariablement figés dans des postures forcées. Rien de très grave, la série est avant tout un pastiche excellent et un hommage profond à une époque et à sa représentation dans la culture populaire.

Il y a les BD intimistes ou poétiques et il y a les gros albums « boum dans ta face », Il faut flinguer Ramirez fait clairement partie de la seconde catégorie. Deux cents pages bourrées d’énergie et d’humour, dotées d’un souffle épique à en perdre la tête.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Il faut flinguer Ramirez
2. Acte 2

  • Currently 3.73/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (45 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    bigben Le 07/03/2021 à 00:03:38

    Nicolas Petrinaux a du talent, il sait mettre en image ses histoires. Après avoir lu le tome 1, on ne pouvait qu'attendre la suite.
    Petite déception. En effet, même si le récit reste enlevé, que le trait apparait toujours aussi dynamique et que le côté pastiche semble avoir le bon goût de ne pas être (encore) trop écœurant, on a malgré tout la fâcheuse impression que l'auteur commence déjà à légèrement tourner en rond. L'album n'est pour autant pas raté mais des réglages doivent être effectués pour ne pas tomber dans le pastiche toc à la Stranger Things (saison 3).
    Courage, monsieur Petrimaux, nous attendons les suites et sommes certain de la qualité de votre (futur) travail!

    Dr_Olive Le 24/01/2021 à 19:17:05

    Toujours aussi décalé, toujours aussi rythmé, toujours aussi bon !
    Un tome 2, nous dévoile un peu plus sur notre réparateur d'aspirateur..

    Vivement la suite.....

    martindrouil Le 23/01/2021 à 13:45:11

    Désolé, c'est une boucherie en continu, je déteste ce genre. on est loin des bandes dessinées des années 80. Malheureusement le cinéma a prit cette tournure depuis plusieurs années.

    pouetepremier Le 21/01/2021 à 20:57:23

    J'ai littéralement dégusté cette DB sur plusieurs jours. un vrai régal a touts les niveaux. J' y retourne juste pour le plaisir des yeux
    Impossible de faire la moinde remarque négative : c'est une tuerie !

    Hublot Le 19/01/2021 à 11:08:03

    Le plaisir ! Rien que le plaisir ! N'est ce pas le but d'une bd ? N'en déplaise a certains, chipoteur, expert autoproclamé des perspectives et autre analyse...Cette Bd emporte, fais rire et sourire...du plaisir je vous dit...!

    lgirard Le 18/01/2021 à 10:25:05

    C'est vraiment une tuerie dans tous les sens du terme !!!
    à lire et relire, soucis du détail excellent
    vivement l'acte 3 ( 4, 5 ..... :-) )
    BRAVO monsieur Petrimaux et MERCI

    minot Le 14/01/2021 à 21:53:07

    C'est du dessin numérique; et alors ? Le rendu est bluffant et me satisfait pleinement. Ajoutez-y un scénario "tarantinesque" et explosif à souhait et vous obtenez une BD de pur divertissement de tout premier plan. Lecture vivement conseillée !

    thieuthieu79 Le 12/01/2021 à 19:01:14

    Un deuxième acte encore plus barré, encore plus explosif et encore plus puissant que le premier.
    Plus qu'une simple BD, c'est un véritable film que l'on découvre.
    Il y a une somptueuse mise en scène dont les plans, les cadrages, les découpages et les mouvements donnent une fluidité dans la lecture, telle que l'on a du mal a quitter les pages des yeux, comme on aurait du mal à quitter un écran de cinéma.
    Les rebondissements judicieusement placés rendent ce deuxième acte vivant, mais dont l'issue heureuse des protagonistes semble au contraire bien proche de la mort.
    Ajoutons à tout cela une colorisation maitrisée qui sublime les décors et l'ambiance sud américaine des années 90.
    Il s'en dégage une atmosphère qui nous prend aux tripes.
    Entre la BD, le Comics, le roman graphique et le cinéma, Il Faut Flinguer Ramirez est un ovni du 9ème art, qui a su embarquer tout le monde dans son univers.
    Le 3ème et dernier acte, d'ore et déjà très attendu, annonce à n'en pas douter une conclusion épique.

    Yovo Le 10/01/2021 à 22:12:10

    Comme le dit Nicolas Pétrimaux lui-même, IFFR est plus un « static picture », autrement dit un film dessiné, qu’une BD.
    J’aime bien, mais je ne fais pas partie du fan club de cette esthétique de jeux vidéo appliquée au 9ème art. Le dessin numérique a son intérêt mais il ne fait pas tout. Or, ce graphisme ostentatoire en met tellement plein la vue qu’il a tendance à l’emporter sur l’histoire. Histoire qui, il faut le dire, possède une qualité majeure : son rythme frénétique, créé par une mise en scène brillante et inventive. Ce tempo parfaitement maitrisé est un modèle du genre.

    Pour le scenario en lui-même, on a 80% de boum boum et d’enrobage – effets de cadrages, de perspectives et de couleurs, tous très efficaces – et 20% d’un récit relativement pauvre, truffé de gimmicks et de situations loufoques, qui ne débouche sur rien de très consistant pour l’instant. Je passe sur les fausses pubs à l’humour assez bas du front ; ce genre de conneries ne me fera jamais rire mais je reconnais que c’est stylé et que ça donne une identité forte à l’ensemble.

    Le défaut principal, pour moi, est de n’avoir pas créé de véritable héros à cette histoire. Chelsea est sympa, certes, mais Ramirez est quand même un peu neuneu et aucun personnage n’émerge du lot à part peut-être Ramon, le tueur, que sa capacité à ne pas mourir rend intéressant. Mais ce choix narratif m’a semblé discutable car finalement, la double ou triple vie de Ramirez devient secondaire, et la maigre intrigue finie noyée sous la pyrotechnie et les couches de vernis.

    4 étoiles pour l'ambiance, la beauté des planches ET le boulot monumental que cela représente. Mais visuellement spectaculaire ne veut pas dire révolutionnaire... Au vu du battage médiatique hallucinant dont elle bénéficie, cette série est quand même un peu surcotée, exactement comme les films de Tarantino desquels elle s’inspire. Un divertissement de luxe, flatteur pour la rétine, mais dénué de réflexion, de finesse, de toute profondeur. Ça tombe bien c’est apparemment exactement ce que voulais faire Pétrimaux : « Un truc d’action qui ne se prend pas la tête » a-t-il dit en interview.
    Moi, il m’en faut quand même un peu plus pour déchainer mon enthousiasme…

    Erik67 Le 08/01/2021 à 14:02:47

    Notre réparateur d'aspirateur Jacques Ramirez est enfin de retour pour un second tome survitaminé et dynamique. Il faut dire que la rock star du service après-vente de Robotop nous avait un peu manqué. Pour autant, n'oublions pas le titre : il faut le flinguer !

    Personnellement, j'aime bien ce personnage muet assez sympathique qui me fait penser au défunt chanteur John Scatman dont d'ailleurs j'avais acheté son unique album (ski-ba-bop-ba-dop-bop). Je m'attends toujours à ce qu'il prononce des mots mais non, il reste sans parole ce qui constitue en soi une vraie prouesse notamment pour le déroulé de ce récit. Le dessin nous permet de faire ressentir toutes les émotions notamment quand il retrouve son père qui veille sur lui.

    Le sang va encore couler et cela sera parfois assez triste de perdre notamment un personnage auquel on commençait à s'attacher. Il faut dire que ces tueurs du cartel ne font pas dans la dentelle. On arrive aussi à percevoir un peu plus d'éléments du passé pour comprendre les enjeux de l’intrigue présente.

    J'ai adoré toutes ces trouvailles qui renvoi aux années 80 avec ces clins d’œil à Madonna par exemple ou à ces acteurs de film d'action totalement débiles qui ne savait aligner deux mots intelligents lors d'interview.

    Le premier tome avait été un franc-succès révélant le talent d'un nouveau venu dans le monde de la bande dessinée à savoir Nicolas Petrimaux. Ce second volet était assez attendu au tournant. On se situe dans la continuité avec une parfaite maîtrise du récit, du dessin, des plans de cadrage et de ces articles et photos publicitaires qui ponctuent habilement les différents chapitres. Et puis, beaucoup d'adrénaline. C'est un pur bonheur !

    Petit conseil : ignorez les commentaires "des critiques du dimanche" dont la sempiternelle frustration est le moteur et n'hésitez pas si vous souhaitez passer un agréable moment devant cette délicieuse BD.

    Il ne reste plus qu'un dernier tome. On l'attend déjà avec impatience.

    faithnomore Le 03/01/2021 à 15:50:12

    Que dire, ce qui me chiffonne le plus ce n'est pas l'histoire que je trouve très sympas, mais plutôt les dessins.
    Est ce que sans l'aide d'une tablette cet auteur aurait été capable d'avoir ce niveau ? loin de moi l'idée que ce monsieur ne sait pas dessiner. Quand je vois les perspectives des villes des bâtiments, des scènes en intérieur. je me dit que l'idée vient plus du logiciel qui peut proposer différents angles de vue que des perspectives imaginé par l'auteur.
    Les objets tv, ampli , panneau etc...c'est tellement parfait que je n'imagine pas ça avec du travail "traditionnel" mais encore la possibilité numérique de façonner et déplacer en "un click" des objets parfaits, et ensuite à déplacer un personnage dans différents contextes ?
    Les couleurs ouais c'est beaux mais c'est encore du numérique, est ce que l'auteur est en réalité capable de créer ses atmosphères au demeurent très belles sans une tablette ?
    Attention ce sont des questions que je me pose en toute légitimité sans vouloir dénigrer le travail accompli.
    En fait c'est en cherchant des planches originales de ses dessins sur internet pour mieux rendre compte de son travail que j'ai appris qu'il travaillait sur tablette. Exit l'original place au pdf ...
    Certaines cases les décors c'est du copier collé c'est quand même dommage.
    Un vrai bon dessinateur ? ou un vrai bon dessinateur numérique ?

    albator02 Le 29/12/2020 à 21:10:01

    ENORME! Rien à redire!! L'ambiance! Les couleurs! "Les pubs"!^^ Les scènes sur 2 pages! Du rythme quoi!!

    Thomaswae Le 29/12/2020 à 18:02:49

    quelle claque! couleur et rythme
    au risque de répéter ce qui a déjà été dit ou écrit : cette BD "dépoussière" le genre. il faut absolument la lire et se faire son idée et ne surtout pas feuilleter 3,4 planches par curiosité. Il est important d'être prit dans le rythme de l'histoire et les actions qui s'enchainent au fil de ces 2 excellents tomes.
    les personnages n'ont rien d'exceptionnels mais le scenario et la mise en scène sont top

    francoispef Le 23/12/2020 à 22:16:37

    Un "film dessiné" excellent qui met un coup de vieux à la BD traditionnelle.
    Le scénario, le dessin, la mise en scène, la photo, la couleur, rien n'est à jeter.
    Foncez!!!

    Tiber57 Le 16/12/2020 à 09:32:50

    Une BD dont beaucoup d’auteurs devraient y prendre quelques " leçons " , comment faire un album.
    Tout comme le vol. 1 , le vol. 2 est juste une réussite à tout point de vue

    kingtoof Le 15/12/2020 à 20:50:59

    Je voulais mettre 3 étoiles, mais j'en mets 4 à l'arrivée : car cette série est très addictive.
    C'est bien réalisé, il y a un gros travail derrière, respect Mr Petrimaux.
    Maintenant, on veut la suite !!!

    kergan666 Le 12/12/2020 à 15:57:04

    après une longue attente le tome 2 a finit par arriver.
    j'avoue ne pas être déçu par cette histoire plus proche d'un film d'action que d'une bande dessinée.
    les dessins ne sont pas toujours parfaits mais certaine scènes sont vraiment très réussies et parfaitement cadrées comme dans un film en fait.
    les couleurs sont encore parfaitement adaptées.
    le scénario quand à lui dévoile petit à petit ce qu'est réellement Ramirez très loin d'être un simple réparateur d'aspirateurs.
    vraiment du très bon mais qui peut déstabiliser les habitués du style Hergé.

    voila/voila... Le 03/12/2020 à 12:13:49

    enfin la suite ! mais pas la fin ! il faudra attendre le tome 3 (snif). une très très bonne suite, avec toujours autant d'actions et une façon de raconté et de mettre en page extra, je crois que l'on assiste à un nouveau genre de BD qui donne l'impression de voir un film.
    une étoile en moins pour moi car quelque élément ajouté par l'auteur que je n'approuve pas, mais ce n'est pas moi qui écrit.