Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'enfant océan

23/11/2020 5262 visiteurs 7.0/10 (1 note)

L es frères Doutreleau, ce sont sept rouquins mal attifés : trois paires de jumeaux et un benjamin qui ne parle jamais, au grand agacement de ses parents et de ses instituteurs. Pourtant, Yann est intelligent et son imagination foisonne des illustrations qu’il voit dans les livres, notamment de cet océan qu’il rêve de découvrir. Un soir, il réveille ses aînés en gesticulant : leurs géniteurs ont décidé de les tuer. Paniquée, la fratrie s’enfuit. Commence alors une longue route qui va les conduire jusqu’au littoral.

Après une adaptation en bande dessinée du roman de Pierre Boterro, Fils de sorcière, Maxe L’Hermenier (à la plume) et Steven Dhondt (aux pinceaux) collaborent de nouveau pour offrir une transposition d’une autre œuvre jeunesse. Signée Jean-Claude Mourlevat, celle-ci constitue une version moderne du conte du Petit Poucet. Fidèle, le récit entraine le lecteur à la suite de ces gamins attachants, poussés sur les chemins par le seul témoignage du plus jeune et le spectre des intentions criminelles de ceux qui leur ont donné le jour. Tout en soulignant leur solidarité fraternelle et leur débrouillardise, la fugue est émaillée de rencontres, souvent bienveillantes, mais aussi des témoignages livrés par les personnes qui ont croisé les frangins et, tout particulièrement, le petit héros roux. Bien agencées et distillées comme s’il s’agissait d’une enquête, ces interventions permettent de découvrir progressivement la vérité sous-tendant l’affaire. Quant au dénouement, il ne manque pas de faire sourire.

La mise en image se révèle convaincante. En effet, le trait du dessinateur livre de véritables trognes, toujours très expressives. En parallèle, le découpage soigné et les cadrages assurent une bonne dynamique d’ensemble, en variant les points de vue et en jouant sur des combinaisons de cases ou de bandes pour bien transmettre le propos. Quant au choix des couleurs, il s’attache à restituer au mieux les ambiances, tout en misant sur le côté un peu vieilli des teintes. Complétant l’album, un carnet de huit pages propose, entre autres, un questionnaire et un jeu d’anagrammes.

Jolie pépite pour la collection du même nom, L’enfant océan constitue une lecture des plus appréciables qui saura toucher les enfants (et aussi les grands).

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

L'enfant océan

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 10/01/2021 à 12:15:54

    Jean-Claude Mourlevat est une des pointures de la littérature jeunesse, avec une trentaine d’ouvrages parus dont deux adaptés en BD (l’enfant océan et La Rivière à l’envers (même scénariste et éditeur) et une BD jeunesse qu’il a lui-même écrite. Il s’agit du troisième album de Stedho, très bon dessinateur dont les planches participent grandement à la qualité de cette version moderne du Petit Poucet. Ce qui marque dès les premières planches c’est l’immersion dans un quart-monde qui donne aux orphelinats et autres marâtres des contes de fée une réalité dérangeante. Dans un esprit proche de ce qu’ont proposé Zidrou et Frank Pé sur leur Marsupilami l’an dernier nous voyons cette famille à l’univers que l’on devine violent, visités par enseignants, police et assistantes sociales et vivant dans un monde où semblent exclus l’amour, la culture et la beauté. C’est dans cet contexte que vient Yann, le petit poucet de Mourlevat, minuscule bonhomme mutique tout au long de l’album et que ses jumeaux de frangins protégeront à chaque instant. A l’absence d’amour parental la fratrie répond par une complicité de tous les instants, dans l’adversité comme dans les facéties. Yann est le cerveau de la bande comme on dit (bien que la dite bande ne parte pas de très haut…) et il faudra toute son ingéniosité pour déjouer les périples qui se dresseront sur leur itinéraire vers son rêve: voir l’Océan![...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/01/10/lenfant-ocean-2/