Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les chefs-d'œuvre de Lovecraft 5. L'appel de Cthulhu

02/11/2020 2948 visiteurs 7.7/10 (3 notes)

L e professeur George Gammel Angell décède dans des circonstances mystérieuses. Son neveu, Francis Wayland Thurston hérite de l’ensemble de ses biens, parmi lesquels il découvre une curieuse sculpture en glaise à l’effigie d’une divinité inconnue et décorée de hiéroglyphes étranges. Le légataire est anthropologue de formation, alors le bas-relief et les archives qui l’accompagnent deviennent aussitôt son sujet d’étude. Il se plonge, avec un vif intérêt, dans le carnet de son défunt aïeul qui retrace d’abord l’entrevue avec un certain Mister Wilcox. Ce dernier aurait été la victime de rêves oppressants entre le 28 février et le 2 avril 1925. Il subissait, en songes, des rites païens et le larsen d’un dialecte énigmatique : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn.

L’anecdote de salon veut que Gou Tanabe ait connu une dure transition au début de l’an deux mille. Après diverses parutions de qualité, mais au succès mitigé, son éditeur l’invite à la lecture du classique, The Call of Cthulhu (1928, Weird Tales). Cette rencontre littéraire le convainc d’adapter l’écrivain américain. Pour autant, le mangaka inaugure, en 2014, ses transpositions par des essais moins populaires : The Hound (1921) ainsi que The Temple (1925). Ces versions inédites en France ont été compilées en Italie par J-Pop Manga (Il Mastino e altre Storie).

Finalement fort de la réussite de son entreprise d’adaptation, l’auteur nippon se confronte à L’appel de Cthulhu. Cette nouvelle est la pierre angulaire de l’univers de Howard Phillips Lovecraft (1890-1937). Ce récit demeure le plus conseillé à tous les néophytes en mal de frayeur. L’œuvre ne cesse d’influencer des créateurs de tous horizons, soit directement eu égard à la subtilité de la narration, soit indirectement en raison d’expressions artistiques se rapportant à la production du père de la terreur (du cinéma de Carpenter au designer H.G. Ginger, en passant par le trait de Breccia ou encore par la plume de Neil Gaiman). Les références finissent par s‘auto-alimenter. Les codes sont assimilés et véhiculés comme des lieux-communs de l’épouvante dont il serait approprié, par moments, de retourner aux origines !

Sans procéder à l’exégèse des textes du Maître de Providence, il convient notamment de rappeler que le nouvelliste empruntait les considérations de son temps. Aussi, les allusions racistes et antisémites concernant les adorateurs ne sont pas à minimiser. Ainsi, il importe de mettre au crédit du Japonais sa volonté d’expurger les pensées xénophobes du manuscrit. À l’instar de ses anciens travaux, il synthétise également les longues descriptions à la fois coquettes et indiscernables. L’ampleur cabalistique de l’insondable s’allège et gagne en limpidité, en particulier par des prises de vue précises et des tournures de phrases adroites. D’autre part, l’interprète respecte parfaitement l’enchainement des révélations et la construction en trois actes autour d’autant de chapitres indépendant en apparence (L’horreur d’argile, Le récit de l’inspecteur Legrasse et La démence qui vient de la mer). Le culte obscur s’apprivoise à travers un fatras de documents et la tension monte progressivement jusqu’au dévoilement d’une vérité incroyable.

Les points négatifs à relever sont identiques à ceux soulevés à l’endroit des précédentes adaptations. Le dessinateur possède quelques tics graphiques. En ce sens, les silhouettes et les émotions d’effroi peuvent être représentées de manière analogue. Une sensation surtout ressentie en comparant les planches des différents titres. Hormis ce léger bémol, la prestation de l’artiste est à couper le souffle. Les feuillets se succèdent avec une minutie rare. L’intéressé s’exprime, de surcroit, dans un découpage très franco-belge (fruit de l’influence de Katshuhiro Otomo). En outre, il offre des doubles pages sombres et divines. La noirceur de l’histoire est entretenue par une parfaite superposition de trames qui, comme évoqué lors des chroniques antérieures, donnent un aspect semblable aux eaux fortes des meilleurs graveurs naturalistes (Charles-François Daubigny, Lucien Gaultier, Adolphe Hervier).

La maison d’édition Ki-oon soigne l’objet. Elle encastre les récits de la collection Les Chefs-d’œuvre de Lovecraft à l’intérieur d’un écrin magnifique, imitation cuir et tampographié. L’effet grimoire est décuplé par le recours à un rouge lourd de sens, laissant les passionnés y voir une interprétation du Necronomicon du poète Abdul al-Hazred.

« N'est pas mort ce qui à jamais dort,
Et au cours des siècles peut mourir même la Mort
 » D’après l’Arabe dément.

L’attrait de la nouveauté ne pouvant fonctionner, le titre n’est pas poussé par le même allant de curiosité. Néanmoins, L’appel de Cthulhu présente, a minima, toutes les vertus relevées à l’occasion des précédents opus. D’ailleurs, à nouveau, le lecteur attend avidement la prochaine traduction du très talentueux Gou Tanabe. A priori, ce sera un autre monument de la littérature fantastique : Le Cauchemar d’Innsmouth (actuellement publié au Pays du Soleil levant, au sein du périodique Monthly Comic Beam de Kadokawa).

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

Les chefs-d'œuvre de Lovecraft
5. L'appel de Cthulhu

  • Currently 2.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    jirluin Le 12/10/2020 à 19:53:56

    Gou Tanabe réalise une excellente adaptation d'une des nouvelles phares de l'auteur américain HP Lovecraft. Respectant le matériau d'origine, le mangaka, par son dessin abouti, restitue brillamment les visions cauchemardesques décrites par l'écrivain.

    Shaddam4 Le 12/10/2020 à 11:38:38

    Les éditions Ki-oon continuent avec la régularité d’un métronome à nous proposer plusieurs fois par an une nouvelle adaptation de Lovecraft par le mangaka Gou Tanabe. Après les très réussies Montagnes hallucinées, Dans l’abîme des tempset La couleur tombée du ciel, on attaque l’ouvrage fondateur, déjà proposé avec les incroyables illustrations de François Baranger l’an dernier. La comparaison entre ce dernier, doté de très puissantes images couleur en grand format et le manga aux dessins très particuliers de Tanabe est très intéressante puisque l’on passe d’une simple illustration à une véritable adaptation. Et sur ce plan le manga marque des points en profitant de la force du récit construit en poupées gigognes avec des récits dans les récits. L’auteur se plait ainsi, comme sur l’Abîme des temps, à nous promener dans des ellipses temporelles brutales que les faciès très proches des personnages n’aident pas à distinguer. Comme remarqué sur les précédents albums, les limites de l’auteur deviennent des forces en créant un malaise dans cet univers où l’on sent la folie proche et où les lois de la physique et de l’espace-temps n’ont plus lieu. Assez compacte cette histoire centrée sur le cœur du Mythe, le grand Cthulhu dormant dans les profondeurs de la cité engloutie de Rlyeh, nous fera voyager au cœur de l’action car pour une fois les faibles scientifique ne sont que spectateurs de récits où les policiers et marins affrontent directement des sectes d’adorateurs démoniaques du Grand Ancien. Les visions cauchemardesques sont toujours aussi fortes, moins organiques que précédemment, mais l’illustration de l’univers années trente est fort réussie.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/10/10/lappel-de-cthulhu/