Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Bix (Chantler) Bix

26/10/2020 6975 visiteurs 8.0/10 (2 notes)

L éon Bismark Beiderbecke, dit Bix (1903 – 1931) est un cornettiste et compositeur ayant connu son heure de gloire au moment où le jazz était encore en gestation. Venant d’un milieu ne favorisant pas la culture, il apprend en autodidacte le piano et la trompette. Jeune adulte, il se joint à des orchestres de bal au grand dam de son père. Influencé par Louis Amstrong et King Oliver, il arrive peu à peu à se faire connaître et devient un soliste recherché. Il finit par intégrer le renommé Orchestre de jazz symphonique de Paul Whiteman. Il meurt à vingt-huit ans de la tuberculose et des séquelles d’un alcoolisme chronique.

Nom quasiment oublié en dehors du cercle des amateurs du proto-jazz d’avant-guerre, Bix a néanmoins marqué son art. En plus d’avoir composé des standards très appréciés à son époque, il a aussi participé à l’enregistrement de nombreux disques. Certains exégètes vont jusqu’à suggérer que son jeu tout en nuance serait annonciateur du style cool des années cinquante. De plus, sa courte existence représente l’archétype de l’artiste maudit, mort jeune dans des circonstances tragiques. Même si, en réalité, il avait connu le succès et jouissait d’une certaine aisance financière. Au fil du temps, les témoins, dont sa propre famille pour des raisons de réputation, ont commencé à transformer les faits. À l’image de Robert Johnson, le bluesman qui avait vendu son âme au diable pour un riff, sa vie s’est petit à petit transformée en légende.

C’est exactement ce qu’a pu constater Scott Chandler en faisant des recherches. Les différentes biographies existantes sont contradictoires et peu d’archives ont survécu. En gros, tout et n’importe quoi a été raconté à propos de ce musicien. Alors, plutôt que de vainement tenter de trier le vrai du faux, l’auteur de Deux généraux a préféré imaginer une version possible et personnelle, se fiant beaucoup à son ressenti et, évidemment, à la musique de son héros. Le résultat est un superbe ouvrage muet où le découpage des cases donne le rythme.

En effet, même si le swing n’était pas encore de rigueur, le dessinateur a imaginé une mise en scène et en espace originale, percutante et parfaitement maîtrisée. La présentation à l’italienne s’ouvre sur des strips classiques, à raison d’un par page : cinq vignettes, lecture de gauche à droite, rien de très emballant en apparence. La situation change du tout au tout quand le jeune Léon découvre la musique. Les planches s’animent et les cases commencent à danser, voire se multiplier dès que le tempo s’accélère. À l’inverse, si le ton s’avère grave ou plus sombre, le temps s’allonge littéralement. Chandler duplique et réagence ses compositions et parvient à montrer la dilatation des heures et la répétition monotones des journées d’une manière plus que tangible. L’impact visuel est tout bonnement extraordinaire.

Portrait biographique généreux et élégant, Bix propose un récit sincère et particulièrement habité. Formellement, c’est également un tour de force exploitant pleinement les possibilités du Neuvième Art.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Bix (Chantler)
Bix

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.