Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L e vingt-quatre février 2007, l'équipe d'Irlande est opposée à celle d'Angleterre dans le cadre du tournoi des Six Nations. Lansdowne Road étant est travaux, la rencontre doit se tenir à Croke Park. Cette décision ne plaît pas à tout le monde. Tout d'abord, ce stade est normalement réservé aux sports traditionnels irlandais, et les puristes acceptent mal qu'un sport "étranger" y soit pratiqué. Mais ce sont surtout les souvenirs liés au dimanche vingt et un novembre 1920 (ni le premier, ni le dernier Bloody Sunday) qui remontent à la surface... Un traumatisme pour la population locale. Comment accepter que God Save the Queen résonne sur le lieu même d'un massacre perpétré parles soldats britanniques ?

Sylvain Gâche et Richard Guérineau réalisent une reconstitution très documentée des événements qui ont mené à cette tuerie absurde. Ils expliquent l'escalade implacable qui s'est déroulée en quelques heures, depuis une opération coup-de-poing commanditée par Michael Collins, leader du Sinn Féin, exécutant au petit matin une douzaine d'officiers anglais sur une cinquantaine de cibles, jusqu'aux représailles sanglantes lorsque l'armée fit feu dans l'enceinte de Croke Park, alors que la foule était venue nombreuse pour assister à un match de football gaëlique, abandonnant sur la pelouse quatorze victimes civiles et une soixantaine de blessés.

Il est difficile d'imaginer l'importance que revêtait le match de 2007 en termes de réconciliation. Les blessures restent vives et le lieu est devenu un symbole du martyr de la cause indépendantiste. Intelligemment, les auteurs ont introduit le personnage d'Antoine, un candide qui n'a d'autre rôle que de servir de catalyseur à la discussion. Il apporte la fluidité nécessaire pour alléger la dimension didactique du récit, qui brasse de nombreux faits historiques pas toujours connus en France.

Croke Park remplit parfaitement son contrat, proposant une évocation historique réussie. Le scénario permet de comprendre les enjeux et l'enchaînement qui a causé cette tragédie, sans noyer le lecteur sous les informations. Il manque sans doute un personnage qui attire plus d'empathie. L'ensemble possède un côté un peu trop "scolaire", les protagonistes jouant leur rôle dans nécessairement posséder d'épaisseur particulière. Le dessin précis et efficace de Richard Guérineau recrée agréablement le Dublin d'il y a un siècle. Ces planches sur le rugby semblent par contre un peu trop statiques. D'une certaine manière, elle parle pour elle-même : un bel ouvrage, tant du point de vue graphique que scénaristique, qui ne révolutionne pas le genre, et n'en a probablement pas l'intention.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Croke Park - Dimanche sanglant à Dublin

  • Currently 3.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 18/10/2020 à 11:13:59

    C’est un rêve éveillé que vit l’historien Sylvain Gâche en publiant son premier album avec rien de moins que Richard Guérineau en ouverture d’une nouvelle collection! Il faut dire que le dessinateur du Chant des Stryges s’est résolument orienté depuis la fin de sa saga fantastique vers des projets beaucoup plus réalistes, entre littérature et histoire. Pour le coup le sport n’était pas forcément un sujet familier mais on sent l’envie d’illustrer une époque popularisée par la série Peaky Blinders. La reconstitution graphique du Dublin des années 1920 est ainsi très convaincante malgré un trait et une colorisation qui se sont simplifiés depuis quelques temps. Le talent du dessinateur pour la mise en mouvement et les postures est toujours aussi élégant.

    Le choix de construire cette histoire en intervalle avec le déroulé du match de Rugby parait pourtant un peu artificiel tant il y a finalement peu de lien entre les deux séquences dans la narration. L’intérêt de l’album réside bien dans la progression froide, lente, de cette journée un peu confuse qui voit une action d’envergure des indépendantistes de Michael Collins assassiner une dizaine d’officiers du renseignement britannique avant que les représailles n’aboutissent au massacre du titre. A ce titre les références de l’album portent bien plus sur les films traitant de l’indépendance irlandaise (Michael Colins, le Vent se lève ou Le général) que sur le récit sportif. On est d’ailleurs un peu frustrés de ne pas voir les exactions nombreuses des forces occupantes qui expliquent beaucoup ce qui passe dans l’album pour une démarche criminelle presque gratuite des irlandais. La mise en regard de l’altercation presque bon enfant du train avec l’exécution froide des officiers pourrait induire chez le lecteur une mauvaise compréhension de la situation à l’époque… En tant que BD l’ouvrager a donc une portée assez limitée (notamment par un démarrage qui n’aide pas beaucoup le lecteur), mais c’est en parcourant l’excellent et très joli dossier documentaire (qui comporte d’abondants documents d’époques, photos et illustrations de Guérineau) que l’intérêt de l’album monte d’un cran. On saisit ainsi la portée politique de jouer en 2007 au Rugby, sport anglais, dans l’enceinte historique du sport culturel gaélique par excellence. On oublie combien a été dure la colonisation de l’île au trèfle par les anglais et que l’Irlande est une République d’un petit siècle d’existence seulement. Le processus non achevé du Brexit se rappelle d’ailleurs à notre bon souvenir quand à la « question territoriale irlandaise » loin d’être résolue…[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/10/18/croke-park/