Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

T homas Sotlz est médecin ; enfin, légiste et pas le meilleur. Mais, ce jour-là, il est le seul disponible pour autopsier… Albert Einstein qui vient de décéder d’une rupture aortique. Profitant de l’occasion, il dérobe son cerveau avec l’espoir d’être celui qui découvrira l’origine des intuitions fulgurantes de l’inventeur de la relativité restreinte !

Se basant sur des faits réels, mais les projetant dans une fiction jubilatoire, Pierre-Henry Gomont livre ici un road-movie iconoclaste sur fond de guerre froide et d’Amérique des 50’s où FBI, psychiatre fou, amourette de paillasse et considérations accessoires s’entremêlent en un bazar désopilant.

Sur le registre de l’humour décalé, l'auteur de Malaterre ressuscite le célèbre physicien en papy trépané et renoue à sa manière avec le burlesque américain en laissant libre cours à une imagination débridée. Il en résulte un album dynamique, rempli d’allégories visuelles à mainlevée, d’ombres chinoises et de dialogues cocasses qui forment une histoire, finalement, bien moins délirante qu’elle n’y paraît de prime abord, comme en témoigne son final aigre-doux.


Nota aux anatomopathologistes amateurs : pour la modique somme de 9,99 dollars, il est possible de télécharger depuis le site du National Museum of Health and Medicine de Chicago une série de clichés de l’encéphale d’Einstein. Elle n'est pas belle la vie ?

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La fuite du cerveau

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (18 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    abel.gance Le 12/11/2020 à 16:59:11

    J'ai découvert Gomont sur le tard avec la lecture de "Malaterre", qui m'avait ébloui. J'attendais donc beaucoup de cette "fuite du cerveau" qui avait tout pour me plaire. Dès la couverture, ces pieds nickelés improbables ( je suppose d'ailleurs l'influence de Pellos sur le dessin magistral de Gomont) promettaient une aventure cocasse et trépidante, apportant un contrepoint à la gravité autobiographique de "Malaterre".
    Or je me suis un peu ennuyé dans cette histoire: le dessin aussi impeccable soit-il et le foisonnement intellectuel et narratif de Gomont ne parvenant pas à sauver un canevas scénaristique assez mince me semble-t-il.
    3 points, car je ne peux pas ne pas attribuer la moyenne à quelqu'un qui dessine comme cela.
    N-B:
    J'imagine l'auteur de la critique Bd Gest d'accord avec moi, considérant sa note. Il aurait été bien qu'il l'exprime à l'écrit, puisqu'en l'état on ne comprend pas du tout l'inadéquation de la note et le ton élogieux de l'écrit.

    Blue boy Le 24/10/2020 à 22:00:25

    Si le retour de Pierre-Henry Gomont était des plus attendus en cette rentrée, c’est un retour en fanfare et en grande forme qui se manifeste à travers cet album placé sous le signe du burlesque. En s’inspirant d’un fait réel – le vol du cerveau d’Einstein en 1955 - comme point de départ de son récit, l’auteur nous emmène dans une course folle à travers les Etats-Unis, où le Dr Stolz, détenteur de la « matière grise » du célèbre scientifique, n’aura de cesse de tenter d’échapper à ses poursuivants du FBI, le bocal contenant le précieux « Graal » sous le bras…

    Pour l’occasion, le trait de Gomont se fait encore plus vif et nerveux qu’à l’accoutumée, accentuant le rythme effréné de cette comédie déjantée. Les corps se tordent en des angles improbables, les jambes s’étirent démesurément pour mieux courir, et les visages se déforment dans des expressions hallucinées, comme dans un dessin animé digne de Tex Avery. L’image marquante de cette histoire restera celle d’un Einstein mi-fantôme mi-héros de BD au crâne évidé, contemplant d’un air un peu crétin son propre cerveau flottant dans un bocal, puis pour passer inaperçu aux côtés de Stolz, sera affublé d’une casquette de base-ball, symbole vestimentaire fétiche d’une certaine beaufitude yankee…L’autre jolie trouvaille est de voir le professeur, par suite de l’ablation de la zone du langage sur son cerveau (l’aire de Broca), s’exprimer par images. Et quoi de mieux que la BD pour raconter cela ?

    L’air de rien, Pierre-Henry Gomont s’est quelque peu documenté pour produire « La Fuite du cerveau », nous livrant une conclusion pour le moins étonnante qu’il serait déplacé
    * de révéler ici. Cette excellente comédie macabro-surréaliste, non seulement drôle mais également fascinante, parce que traitant d’un sujet des plus fascinants : la grosse éponge peu ragoûtante emprisonnée dans notre crâne, siège de toutes les créations humaines. Très modestement, l’auteur de « Malaterre » met son envie de « broder ces quelques pages en tous points indignes du génie humain dont il est question (…) sur le compte des mystères insondables que recèle le cerveau humain ». Juste peut-être, comme il le dit, un « besoin vital, et parfois frénétique, de raconter des histoires. Des histoires vraies, comme des histoires fausses ».

    Saigneurdeguerre Le 20/09/2020 à 19:03:32

    Extrait du blog « Ils nous mentent… » :

    Le FBI, Interpol, Europol, Sébastopol et Popol recherchent le dénommé GOMONT Pierre-Henry, né en janvier 1978. Cet individu de nationalité française, domicilié à Bruxelles, est recherché pour s’être emparé de documents classifiés TOP-SECRET et en avoir diffusé le contenu sous forme de bande dessinée humoristique au grand dam de ceux qui détiennent le pouvoir sur cette planète.
    En tant que VRAIS journalistes, pouvons-nous ajouter foi à la version de Pierre-Henry GOMONT ? Tout porte à croire qu’il a réellement mis la main sur des documents classifiés qui racontent ce qu’il est advenu du cerveau d’Einstein… Une version bien différente de celle que les autorités nous ont servie depuis des années. On va encore nous traiter de complotistes car c’est la seule façon que les autorités officielles trouvent pour discréditer la vérité VRAIE de médias tels que le nôtre. Derrière cette censure, qui ne dit pas son nom, se cache un complot des Illuminati de la Secte du Grand Zob, qui comme nous l’avons dénoncé à de multiples reprises dans les colonnes de « Ils nous mentent… » ne sont rien d’autre que des extra-terrestres ayant pris l’apparence d’êtres humains pour dominer la Terre après qu’un conflit ait ravagé leur galaxie, Fricafond. On nous accuse d’être des illuminés alors même que ce sont les Illuminati, déjà cités, qui se sont emparés de tous les leviers du pouvoir et créent des conflits dans le seul but de diviser pour régner. Mais il est temps de s’intéresser au remarquable travail de monsieur Pierre-Henry GOMONT…

    Monsieur GOMONT s’est intéressé de très près à un certain docteur STOLZ. Thomas STOLZ Harvey ! Pourquoi lui ? Ce médecin fut appelé à pratiquer l’autopsie du génial Albert Einstein à l’hôpital de Princeton. Normal pour un pathologiste.
    Albert Einstein avait laissé des consignes très claires quant à ce qu’il devait advenir de son corps après sa mort : incinéré et les cendres dispersées en un lieu tenu secret, le savant ne voulant pas d’idolâtrie autour de sa tombe. (Voilà pour la légende officielle !) L’autopsie avait pour but avant tout de dégager la responsabilité du docteur Wyatt qui avait posé un diagnostic d’aorte abdominale un peu faiblarde. Son patient ayant refusé l’intervention, il s’agissait de savoir si telle était bien la cause du décès. Le docteur STOLZ devait vérifier la cause de la mort… Et dégager la responsabilité de son confrère, ce qu’il fit.
    Seulement, comme on le sait aujourd’hui, STOLZ ne s’en tint pas aux recommandations de sa hiérarchie et aux volontés du génie. Il préleva le cerveau et l’emmena chez lui, notant au passage qu’il pesait moins lourd que la moyenne des cerveaux humains. Pour des raisons encore inconnues, Stolz dut quitter ses fonctions à l’hôpital de Princeton quelques années plus tard (plus que probablement suite aux pressions des Illuminati adorateurs du Grand Zob). Il se mit à sillonner les USA avec le cerveau de ce brave Albert toujours en sa compagnie. Comme le montre le remarquable travail d’enquête de Pierre-Henry GOMONT, nous savons qu’il fuyait les envoyés des Illuminati, même si craignant pour ses jours, GOMONT ne le dit pas clairement. Nous affirmons que les agents du FBI qui poursuivaient STOLZ faisaient partie de ce groupe d’extra-terrestres qui, pour mieux masquer leur appartenance aux Illuminati (ceux qui ont reçu la lumière) s’habillent de noir, circulent dans des voitures noires, broient du noir… Nos lecteurs apprécieront la subtilité de leur camouflage qui ne trompe que ceux qui ont envie de se laisser berner ! Il suffit d’observer la lumière qui luit dans l'ouvrage de Pierre-Henry pour faire le lien avec les Illuminati !

    Le dessin vif, coloré, mouvementé, extrêmement expressif, de l’auteur retransmet, mieux que ne le ferait un film, la richissime palette d’émotions qui ont animé le docteur Stolz et celle qui l’accompagna (pas de noms pour préserver son anonymat) dans sa fuite en compagnie de … (Vous voyez ce que nous voulons dire, n’est-ce pas ?)

    Stolz mit le cerveau en tranches et partagea avec des collègues neurologues ces « échantillons ». Ce que l’on apprend aujourd’hui, grâce à l’enquête de Pierre-Henry GOMONT, c’est que finalement, STOLZ a grugé tout le monde. Pour les USA, tout ce qui touche au cerveau d’Einstein est considéré comme faisant partie du patrimoine national… Et de la sécurité nationale ! (Le pays est dominé par un Illuminati : si Trump était un humain, cela se saurait !)

    Le travail de monsieur GOMONT montre dans les dernières planches de sa BD ce qu’il est réellement advenu du VRAI cerveau d’Einstein. Nous ne vous révélerons pas le sort que Stolz réserva au cerveau du GRAND Einstein car nous ne tenons pas à dévoiler dans notre article le fruit du travail colossal effectué par monsieur GOMONT, qui n’est pas qu’auteur de BD, loin de là ! C’est aussi un sociologue. ... Étrange n’est-ce pas ? Que vient faire un sociologue dans une histoire de cerveau ? … Et si monsieur GOMONT avait découvert des ramifications entre le cerveau d’Einstein et les Illuminati adorateurs du Grand Zob ? Nous ne prétendons pas qu’Einstein était un Illuminati, mais il est tout de même étrange qu’un simple Terrien ait pu découvrir une théorie telle que celle de la relativité… Ne trouvez-vous pas ? … Tout aussi étrange qu’un cerveau pesant moins que celui d’un humain ait eu une intelligence bien supérieure… Nous ne nous avancerons pas jusqu’à affirmer qu’Albert Einstein était un extra-terrestre mais réfléchissez-y ! « Ils nous mentent… » n’a jamais reculé devant les difficultés pour dispenser la vérité VRAIE !

    A ceux parmi vous qui se montreraient encore sceptiques, malgré les réflexions que nous avons partagées avec vous, nous conseillons vivement la lecture de l’ouvrage « La fuite du cerveau » de Pierre-Henry GOMONT qui montrera qu’Albert Einstein partagea la vie de STOLZ… Alors qu’il était trépané et privé de son cerveau !!! Aucun humain n’aurait pu vivre cela ! Seul un extra-terrestre aurait ce pouvoir !!!

    Les sceptiques, nés pour croire les vérités officielles, rétorqueront que le corps d’Albert Einstein a été incinéré et que sa famille peut en témoigner ! Sa famille ? Comment peut-on se fier à des Illuminati adorateurs du Grand Zob ? Ceux-là même qui au travers des médias officiels n’ont cesse de tenter de ridiculiser l’organe d’investigation le plus indépendant qui soit… « Ils nous mentent » !

    L’IMMENSE Pierre-Henry Gomont a glissé bien des messages subliminaux dans sa BD que nous nous employons à déchiffrer pour vous. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés, via ce blog, de nos découvertes, mais nous ne pouvons que vous conseiller d’acquérir au plus vite ce livre avant que des pressions venues de l’Elysée, de Washington, de Moscou, de Pékin, de Bruxelles et d’ailleurs, n’obligent les éditions Dargaud à le retirer de la circulation. Nous adressons nos plus vifs remerciements à ces Editions et à Babelio qui, conscients du rôle capital joué par notre blog, « Ils nous mentent… », nous ont adressé un exemplaire de « La fuite du cerveau », où la véritable histoire du cerveau d’Einstein vous est narrée même si, pour tromper les Illuminati du Grand Zob, Pierre-Henry prétend le contraire dans sa préface !

    Babelio « Masse critique » ! Tiens ! Tiens ! Les personnes averties ne manqueront pas d’établir un lien entre MASSE et la célèbre formule d’Einstein E=mc² ! Quant au mot « critique » il prend ici tout son sens dans la mesure où, sans le crier tout haut, Babelio soutient la CRITIQUE des esprits indépendants tels que vos serviteurs du blog « Ils nous mentent… ». Merci à Babelio pour ce soutien discret mais ô combien efficace. Nous espérons nous être montrés dignes de la confiance dont Babelio et les éditions Dargaud nous ont honorés.

    mariol Le 19/09/2020 à 09:50:46

    Drapeau rime avec Chapeau !

    Drapeau parce que c'était l'album que j'attendais le plus cette année ! Rien que ça !

    Chapeau parce que Pierre-Henry Gomont a une fois encore fait preuve d'une incroyable finesse narrative et graphique pour un "bumpy road trip" des plus haletants.

    J'aurai pu dire que cela frôle le génie... mais la place est déjà prise par le plus célèbre des Albert ! Franchement, PHG (pour les intimes) a vraiment une aisance assez déconcertante. C'est vif, inspiré, réfléchi et on se laisse savamment embarqué par ce trio des plus improbables. J'ai hâte de relire cet album pour m'immerger encore dans toute cette matière grise et en tirer toute la substance que son auteur y a mis.

    Didiou que ça fait du bien une bd comme celle-là. J'en redemande !