Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'Épervier (Pellerin) 10. La Princesse indienne

19/10/2020 4020 visiteurs 6.0/10 (1 note)

Y ann de Kermeur ne transige ni sur l’honneur, ni avec la liberté de ses hommes, quitte à faire tonner ses pièces de 8 sur les positions françaises de Louisbourg.

Nouvel épisode d’outre-Atlantique pour l’envoyé de Louis XV, tiraillé entre les amers souvenirs du passé et les douces promesses du présent…

Patrice Pellerin est de ces auteurs qui prennent le temps (près de 5 ans depuis la sortie de Coulez la Méduse !) et dont la méticulosité à retranscrire l’atmosphère d’une époque tranche étrangement avec la culture actuelle de l’obsolescence instantanée. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder la précision « historique » avec laquelle le château de Kerjean* est rebâti, sans parler de l’architecture de Brest ou de la Méduse ! Se déroulant simultanément en Bretagne, en Acadie et à Versailles, le scénario impose une unité de temps (à défaut de lieu) qui limite les possibilités de narration. Ce faisant, Patrice Pellerin en profite pour dénouer quelques fils de l’intrigue dans cet opus qui semble devoir clore un cycle. Côté graphique, la magie opère toujours, surtout lorsqu’elle est en noir et blanc et l’Épervier possède un charme, un rien désuet, celui du bel ouvrage patiemment dessiné à grand renfort de documentation et où la mise en couleurs se réalise encore à la gouache et l’encrage… à l’encre de Chine et à la plume !

Sans jamais vraiment remettre en cause les codes de ses prédécesseurs, ce dernier album perpétue les vertus qui ont fait la série et son succès. Suranné comme ces films dits « en costume » où les héroïnes recevaient, en gage de leur courage et de leur abnégation, amour et protection, La princesse indienne relève d’un siècle, certes, révolu, mais en cultive délicieusement une forme de nostalgie.


* À noter, du 21 octobre au 01 novembre 2020, l'exposition de quelques-unes des planches à l’occasion de la sortie de l'album

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'Épervier (Pellerin)
10. La Princesse indienne

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.