Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Tout ça, c'est à cause de Karine. Ben oui, s'il ne ramène pas assez de pognon à la baraque, elle refuse toute galipette ! Mais un homme, un vrai, ça a des besoins non ? Alors, quand il entend un gus bourré comme un coing avouer qu'il a un tiroir blindé de billets, l'opportuniste - qui se dit redoutable comme un couguar - n'hésite pas, il le suit jusque chez lui. Jackpot ! Et pris sur le fait… Alors qu'il palpait les petites coupures, le fameux félin se retrouve la queue entre les jambes, tenu en joue par l'ivrogne, pas si éméché que ça finalement, et même pas en rogne. Alors, qui s'est fait piéger ?

Déjà ensemble sur Désintégration, Robin Recht (Conan, Elric) et Matthieu Angotti se retrouvent dans ce one-shot très réussi, adaptation d'un roman de la série noire de Gallimard Le jardin du bossu de Franz Bartelt.

Tel est pris qui croyait prendre. C'est ainsi que pourrait se résumer cette histoire. Mais cela serait réduire à bien peu ce récit déjanté et captivant, rondement mené. Un gars du cru, ordinaire, se targuant de suivre une idéologie de gauche, va s'autoriser à voler de l'argent facile pour conserver les faveurs de son amoureuse. Il est évident que cela va déraper et ce tendre bourru va se retrouver lui-même floué par un énigmatique et dangereux bourgeois. Le duo de personnages, leurs interactions, leurs échanges sont propices à de nombreuses réparties truculentes ; sans atteindre Audiard et tenant parfois de la brève de comptoir, qu'importe, c'est fendard. Sur un début classique donc, le scénariste intrigue rapidement en virant au burlesque, arrosant le sombre contenu de tirades jubilatoires. La personnalité des acteurs se révèle particulièrement intéressante. Le narrateur s'exprimant en voix off, le lecteur peut suivre son quotidien en se délectant de ses considérations percutantes dans un style argotique ou quelquefois simpliste qui, paradoxalement, sert une analyse fine et sensible. L'écriture particulière se trouve ainsi à mi-chemin entre humour noir et lyrisme d'équilibriste.

Changement radical pour le dessinateur qui fait découvrir une partie de son talent jusqu'ici inconnue. Caricatural, son trait épais sur des fonds grisés accorde un vrai caractère aux illustrations. Sur d'immuables planches en trois bandes, avec parfois quelques pleines pages, le découpage et le cadrage génèrent une vision quasi cinématographique (en guest star, un Lino ressuscité pour l'évènement).

Un antihéros et un psychopathe se donnent la réplique dans cette Cage aux cons, l'occasion d'un vrai plaisir de lecture enthousiasmante et rigolarde dans ce huis-clos surprenant.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

La cage aux cons

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 09/10/2020 à 08:46:43

    Après « le dîner de cons », la cage aux cons comme pour décliner le même principe mettant en avant un vrai imbécile. Du moins le croît-on naïvement au départ. Comme dit, l'habit ne fait pas le moine.

    J'ai littéralement adoré cette bande dessinée que je qualifie volontiers de magistrale. Tout d'abord, le dessin est réellement magnifique. Il possède un côté » pictural extrêmement plaisant à regarder. Robin Recht s'éloigne un peu du style qu’il avait adopté dans « Désintégration – journal d'un conseiller à Matignon » ou encore du « Troisième Testament - Julius ». En l’occurrence, il donne dans un charme un peu rétro.

    Par ailleurs, on est tout de suite plongé dans la psychologie du personnage principal, un sympathique homme amoureux d'une femme vénale qui le met à la porte. On va partager son angoisse, ses interrogations, sa fuite en avant. On va trembler avec lui et on va admirer son calme et sa détermination à s'en sortir devant le traquenard dans lequel il est bêtement tombé.

    Je ne me suis pas ennuyé une seule minute tant l'intrigue est passionnante. Et franchement, c'est un scénario de fou ! La mise en page est d'ailleurs assez variée et plutôt ambitieuse par moment. Tout concourt à une grande maîtrise de ce récit aux accents de polar noir mais qui sort des sentiers battus.

    L'expérience de cette lecture a été pour le moins déroutante surtout avec la révélation finale qui fait de l'effet. C'est également une approche assez moderne et au final assez savoureuse. Bref, un petit bijou et surtout une sacrée réussite.