Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C arbone et Silicium sont deux IA révolutionnaires. Nourries par la totalité du savoir humain présent sur le web, elles représentent une étape fondamentale dans le développement de la conscience artificielle. Créer un algorithme traitant une masse incroyable de données en un temps record ne suffit plus. Il convient désormais de rechercher cette anomalie qui sépare la simple connaissance de l'intelligence. Sur une période de deux cent septante années, le lecteur est invité à suivre la quête de ces entités, chacune tentant à sa manière de saisir le sens de l'existence.

Voici quatre ans, Mathieu Bablet surprenait tout le monde avec l'excellent Shangri-La. Après un tel succès critique et public, il était plus qu'attendu au tournant. Il a donc pris son temps pour réaliser ce nouvel opus, tout en se consacrant à la supervision de la série Midnight Tales. Il en résulte ce copieux ouvrage de près de trois cents planches qui s'interroge sur le devenir de l'humanité. Car cette quête qui anime ses personnages est indissociable de l'avenir des hommes.

Au fil des chapitres, l'auteur imagine la lente détérioration de la société humaine. Il aborde les grandes questions qui agitent notre époque : migration, désastre écologique, effets pervers de la mondialisation, évolution du rapport au corps... Tous les marqueurs attendus sont bien présents. Pourtant, il ne se complaît pas dans une dénonciation des dérives (prévisibles) qui nous menacent. Son récit possède aussi, et surtout, une dimension profondément intime. Il ne tombe pas dans l'écueil d'une analyse déconnectée menée par deux machines "pensantes" qui dialoguent en vase clos. Au contraire, il les sépare très vite et les confronte à des réalités très différentes. Si pour l'une, cette recherche de sens passe par le rapport social dans toute sa complexité et sa diversité, l'autre se consacre à la recherche quasi méditative de la beauté, ambitionnant d'explorer la totalité du monde. De ces approches diamétralement opposées, l'une actrice, l'autre spectatrice, aucune réponse toute faite ne peut surgir.

Si la sensibilité humaniste de l'auteur est évidente, il ne cède pas à la facilité de l'utopie. Sa réflexion est réaliste, voire pessimiste. Il développe un discours cohérent et mesuré. Il ne néglige surtout pas l'aspect émotionnel, offrant même de très beaux moments. La conclusion est d'ailleurs particulièrement bien amenée et très émouvante.

Carbone et Silicium combine habilement l'aspect technologique et militant de Shangri-La mais aussi une approche plus contemplative qui apparaissait dans ses ouvrages précédents. Pour raconter une histoire qui s'étale sur près de trois cents années, la narration alterne ellipses parfois brutales et instants "suspendus", comme lorsqu'un coucher de soleil semble s'étirer à l'infini. Cette utilisation de la temporalité représente une difficulté particulière pour le scénariste qui doit éviter de perdre casser le rythme de lecture. Dans l'ensemble, Bablet la gère bien, malgré l'une ou l'autre baisse de régime.

Avant tout ouvrage d'atmosphères, ii s'appuie sur une palette chromatique particulièrement riche. Le rôle de la mise en couleur est primordial, jouant des teintes chaudes et froides, donnant une identité visuelle forte au monde virtuel dont sont issus ses protagonistes. Le style graphique reste sans concessions et risque d'en faire hésiter plus d'un. Bablet assume une personnalité forte et ne joue pas la carte de l'esthétisme à tout prix. Beaucoup considèrent qu'il s'agit l'album de l'année. C'est sans doute exagéré. S'il fait incontestablement partie des titres qui marqueront 2020, il lui manque malgré tout un je-ne-sais-quoi pour mériter ses galons de chef-d'œuvre. Ce n'est qu'un très grand livre. Et c'est déjà beaucoup.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
8.2

Informations sur l'album

Carbone & Silicium

  • Currently 3.91/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (23 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    ALICECOOPER Le 14/10/2020 à 18:33:40

    Bien que je n'aime absolument pas le dessin ni l'application des couleurs (3 par case) de Mathieu Bablet, il nous offre ici une oeuvre inhumaine tant dans son contenu (histoire de robots) que pour sa réalisation, gargantuesque, pharaonique... Les adjectifs me manquent pour ce travail époustouflant, riche, truffé de questions et de sujets intelligents, actuels, critiques, existentiels. Une kyrielle de champs lexicaux, des oppositions telles les volontés individuelles de nos deux personnages, ainsi que la volonté de l'un deux de retourner dans sa matrice comme si c'était l'évolution inévitable d'un robot à l'opposition de sa création par l'humain, un sublime contresens. Un ensemble sombre prenant, imprégnant et surtout profondément triste. A charge, je dois avouer que Carbone et Silicium étaient trop humains.

    La déflagration de l'humanité, Mathieu Bablet a su manipuler le temps, le faire évoluer avec ses personnages, comme peu d'auteurs arrivent à le faire et un peu comme dans IA de Steven Spielberg, (ou dans Sykes ou Chinook mais parfois ce ne sont que les personnages qui vieillissent et pas le monde) sans oublier une parenthèse pour Blade Runner afin de RETIRER les mauvais androïdes, et un peu du COBAYE de Stephen King, il y a encore d'autres références à de grands noms de la science fiction mais je crois que j'aurais dû préparer mon commentaire pendant la lecture. Mauvais rédacteur que je suis, il y a vraiment trop de choses à dire sur cet époustouflant album. Ce n'est pas un amour qui existe entre nos deux robots mais un genre de symbiose impossible.

    Une oeuvre à ne pas manquer, qui m'a laissé une empreinte bien plus profonde qu'a l'époque Shangri-La (nom d'une ville imaginaire repris du romancier James Hilton dans Lost Horizon en 1933) qui était bien mais sans plus. Il faudra que je le relise.

    D'ailleurs un prix dérisoire 22,90€ contre les Indes Fourbes à je crois 37€ si mes souvenirs sont bons avec 100 pages de moins. Bravo Mathieu Bablet. A acheter sans l'ombre d'une hésitation. Peut-être affinerais-je mon commentaire ces prochains jours avec plus de recul.

    livressedesbulles Le 13/10/2020 à 14:18:58

    2046, deux nouveaux robots humanoïdes, Carbone & Silicium, dotés d'une intelligence artificielle puisée d'internet ont été mis au monde. Cette IA leur confère une connaissance et une conscience jamais atteintes avant. Isolés, sous le contrôle des hommes, ils n'ont pas le le droit de sortir et de vivre. Mais un jour.. alors qu'ils essaient de se libérer de cet enfermement ils se retrouvent séparés... Chacun de leur coté, ils commencent alors un combat pour la vie et pour la terre..
    ~
    Pour ceux qui ne connaissent pas encore Mathieu Bablet, c'est l'auteur, entre autres, de "La belle mort" (2011), "Adraste" (2013/2014) et "Shangri-La" (2016). J'ai aimé les 3 titres mais Shangri-La est la BD référence en SF pour moi, celle que je conseille systématiquement. Autant vous dire que j'attendais énormément "Carbone & Silicium"! Et bien, je peux vous dire : j'ai pris une énorme claque... Comment un auteur peut nous offrir, coup sur coup, deux livres qui sont à ce niveau ??? Je n'ai pas peur de le dire, "Carbone & Silicium" est largement au niveau de "Shangri-la". Mathieu Bablet aborde plein de sujets : l'écologie, l'obsolescence, le virtuel versus le réel, les combats que nous sommes pas capables de mener, la place de l'informatique et l'IA dans notre monde et pleins d'autre encore... D'une manière très habile, intelligente, il nous force à réfléchir à chaque sujet sans jamais porter de jugement, juste en nous montrant ce que la vie pourrait devenir. Pour la partie graphisme, c'est juste magnifique, je ne sais pas quoi dire de plus tellement j'en ai pris plein les yeux.
    ~
    Cette dystopie vient tout simplement de passer dans mon Top 3 des lectures de cette année (mais je ne vous dirai pas à quelle place) alors que la SF n'est pas forcement mon cœur de cible. Tout ça pour vous dire que c'est un énorme coup de cœur.

    Suivez-moi sur Instagram : https://www.instagram.com/livressedesbulles/?hl=fr

    Commissaire_Juve Le 08/10/2020 à 19:42:30

    Très décevant. le dessin est laid. Le scénario d'une pauvreté surprenante pour un sujet aussi riche que l'A.I. je ne comprends pas du tout les commentaires dithyrambiques sur l'album. Qu'il fasse je ne sais pas combien de pages a plutot été un pensum pour moi. D'ailleurs je n'ai pas pu finir.

    canarenchaine Le 21/09/2020 à 16:50:50

    Je fais partie de ceux qui n'ont pas accroché avec Shangri-La. faudra que j'y revienne...
    Celui-là m'a attiré et je ne regrette pas mon achat. Est-ce le thème, le dessin, la mise en page ou la colo ? Non, c'est un peu de chaque qui forme un tout cohérent. L'avantage supplémentaire que j'y ai trouvé est de pouvoir le lâcher et le reprendre sans s'y perdre grâce au séquençage par période.
    Une bonne surprise en ce qui me concerne.

    Shaddam4 Le 16/09/2020 à 09:54:11

    Comme ses camarades du Label 619, Mathieu Bablet est un auteur complexe, entier, qui ne facilite pas la tâche de ses lecteurs. Totalement conscient des impératifs économiques de l’édition BD comme de la nécessité d’être intelligible auprès de son lectorat (en témoignent les longues explications sur sa démarche comprises dans les bonus), il n’en assume pas moins ses choix graphiques, très personnels, intellectuels et la profondeur de son propos. Quatre ans après le carton Shangri-la qui l’a propulsé dans le club des jeunes auteurs de la nouvelle génération BD (avec les Vivès et autres Le Boucher), il revient avec les mêmes bases, la même qualité… et les mêmes défauts.

    Je parlerais donc tout de suite du problème graphique de cet album. Comme dit en préliminaire l’objet-livre est magnifique et personnellement je ne connais pas d’autre éditeur qu’Ankama pour proposer de tels annuaires pour seulement vingt-quatre euros, avec une qualité qui va jusqu’à la tranche toilée. Je vous renvoie aux critiques assez vives sur le prix du best-seller de l’an dernier, Les Indes fourbes vendu dix euros de plus pour cent pages de moins… Ensuite, très clairement Bablet est un grand coloriste. Shangri-la nous l’avait montré. [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/09/16/carbone-silicium/

    Aswin Le 14/09/2020 à 14:45:13

    Un des albums de fin d'année! Très bon dans le style de l'auteur. On sent un peu l'influence de Ghibli dans les détails des dessins, on sent la volonté de faire de la qualité, de prendre son temps, et en tant que lecteur on est conquis! Thème intéressant même si revu et revu par beaucoup. Graphiquement irréprochable.

    Yovo Le 07/09/2020 à 07:14:14

    L’ébullition qu’il y a eu autour de « Carbone & Silicium » avant même sa sortie témoigne de l’attente que suscite le jeune prodige Mathieu Bablet. Pour preuve, les 2500 exemplaires du tirage limité sont partis en 2-3 jours. Du coup, je suis bien heureux d’avoir le mien !

    Et ce nouvel album est un véritable chef d’œuvre, je n’ai pas d’autre mot. Rien qu’imaginer la somme astronomique de travail que représentent ces 250 planches donne le vertige ! Ses perspectives hallucinantes, ses lumières éthérées, ses personnages biscornus, sa profondeur métaphysique en font une œuvre hypnotisante, puissamment mélancolique, en tout point magnifique.

    Bien évidemment, si vous faites partie de ceux qui ont descendu « Shangri-La », ne prenez même pas la peine de le feuilleter, ce n’est clairement pas fait pour vous.

    En tout cas « Carbone & Silicium » confirme M. Bablet comme l’auteur le plus doué de sa génération et je ne l’imagine pas repartir bredouille du prochain Angoulême…

    thieuthieu79 Le 06/09/2020 à 11:21:42

    Encore une très grande oeuvre de Mathieu Bablet.
    On ne présente plus son trait géométrique reconnaissable entre tout, ses décors aux perspectives hallucinantes, ses personnages aux gueules cassées, sa colorisation atypique, ni même les somptueux jeux de lumières plus vrais que nature.
    Non, là ou l'on mérite de s’attarder, c'est sur l'histoire. Une histoire longue de plus de 250 pages dans laquelle il prend le temps de poser tous un contexte qui nous permet de plonger sans retenue dans son univers.
    A travers les deux robots Carbone & Silicium, qui prennent leur envol et découvrent notre monde, il dépeint toutes les atrocités de notre société, mais sans jamais apporté de jugement. Esclavage, prostitution, inégalités, immigration, réchauffement climatique, classe sociale, insécurité, politique, guerre, religion... bref tout y passe.
    Il nous laisse avec des faits, nous poussant dans une réflexion sur notre situation et notre place dans un monde en souffrance.
    Mais au delà de tout ça, c'est d'un autre sujet que parle Mathieu : l'amour.
    Une histoire d'amour dont on ne sait pas d'où elle vient, ni sur quoi elle tient mais qui lie profondément Carbone & Silicium. Un amour profond donc, mais aussi très fragile, très instable avec d'un coté Carbone qui assume sa vie de sédentaire, et de l'autre Silicium qui aspire à une vie de nomadisme et de curiosité. Leur liens puissants et profonds s'en retrouvent fragiles et cassants.
    De cette situation, leur avenir, mais aussi celui de la Terre, en sera forcément impacté.
    Encore une fois, Mathieu Bablet prouve qu'il n'a plus rien à prouver. Auteur complet et de renommée, il a un grand avenir devant lui.
    Merci pour cette oeuvre et vivement la prochaine.

    philjimmy Le 30/08/2020 à 10:04:49

    Voila un auteur qui ne fait pas l'unanimité.
    Jeune auteur complet ( scénario, dessin, couleur), il est pourtant devenu en quelques années un incontournable, un ''déjà futur grand''.
    J'avais été intrigué par ''la belle mort'', saisi par la poésie d' '' Adrastée'', enthousiasmé par la lucidité de'' Shangri La'' sur l'humanité.
    Ce Carbone et Silicium confirme le talent extraordinaire de Mathieu Bablet , et il ne fera pas plus l'unanimité que ses autres œuvres. Ceux qui le trouvaient trop ''clichés'' et ''enfonceur de portes ouvertes'' ne changeront pas d'avis, comme s'il fallait toujours tout réinventer sous peine de passer pour un fumiste.
    Dans la ligne de Shangri La, toutes les problématiques actuelles et à venir sont présentes, traitées en filigrane. Si la création, la vie et l'amour de deux robots restent le fil de l'histoire ( et quel amour !!) c'est bien le destin tragique de l'humanité qui est raconté . Et le constat est amer, mais pas surprenant. Il faut que ce soit deux robots qui nous disent que le monde est beau, mais ça ne nous empêchera pas de le détruire. Encore une porte ouverte enfoncée, mais merci Mr Bablet.

    LUJO92 Le 28/08/2020 à 17:59:52

    un scénario fantastique , bientôt sur grand écran !
    Le dessin de mathieu Bablet est en parfaite adéquation avec son histoire .
    un grand homme de science fiction se confirme .