Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Bob Leclerc (Les aventures de) 1. Le Cauchemar argenté

20/04/2017 1709 visiteurs 8.0/10 (1 note)

J uillet 1959. La guerre contre les Asiatiques est terminée depuis un petit moment. Les tensions sont encore palpables, mais dans l’ensemble les relations internationales semblent au beau fixe, même si chacun se méfie des communistes. La société de consommation se met en place et les gens sont heureux. C’est dans ce contexte que le capitaine Bob Leclerc est recruté pour affronter un ennemi qui s’annonce plus redoutable que les « Jaunes » : les Martiens, lesquels ont déjà entamé leur colonisation de la Terre. Le paladin se rend à Cotopaxi, un endroit secret, probablement sur la Côte-Nord du Québec, pour recevoir un entraînement physique et technique au terme duquel il prendra les commandes d’une fusée en direction de la planète rouge.

Le pavé est impressionnant. Plus de deux cents pages pour le premier volume. Le second, tout aussi imposant, est attendu dans quelques mois. La majeure partie de l’histoire se déroule pendant la préparation des cosmonautes. Outre le héros, Sam, Vaughan, Susan et Wang s’apprêtent à sauver le monde (ou du moins à détruire celui des extra-terrestres). Peggy Lalonde, la médecin dépressive, aurait rêvé être de l’expédition et accepte mal qu’on lui préfère un « bridé ».

Ce bouquin est à certains égards une synthèse de la science-fiction classique. D’emblée, il est inévitable de tracer des parallèles avec la précision technologique présentée dans certains albums d’Hergé (Objectif Lune) ou Jacobs (Le secret de l’Espadon, SOS météores). Le rythme, très lent, rappelle le travail de Stanley Kubrick (2001, l’odyssée de l’espace) et Andreï Tarkovski (Solaris), sans que le résultat soit aussi métaphysique que celui des deux cinéastes. Enfin, la raideur des acteurs ne manque pas d’évoquer celle de Lady Penelope et ses acolytes dans Les Sentinelles de l’air.

Bien qu’il soit en apparence austère, le livre est fréquemment farfelu. Il est d'abord risible que le pays de Justin Trudeau soit appelé à la rescousse. L’humour se trouve par ailleurs dans les détails d’une case où le lecteur s’amuse d’une distributrice de statuettes du Frère André (une sommité religieuse locale) avec bras articulé pour lancer l’eau bénite. Il sourit lorsqu’il découvre le ton ampoulé du journal de Susan : « Cette même joie qui devait faire briller autrefois le regard du pithécanthrope au paroxysme d’une chasse fructueuse. » Sans oublier l’alcoolisme du chef de mission, Adélard Tremblay, qui, au terme d’un vol laborieux, se justifie avec monotonie : « Je suis désolé Bob. J’ai scrupuleusement vérifié le plan fixe hier soir très tard, mais j’avais bu. »

Le dessin de Grégoire Bouchard est unique. Les visages sont généralement sans expression, peu importe les circonstances, et leurs yeux se résument à deux points noirs. Les comparses sont souvent, et exagérément, à l’avant-plan ; à un tel point qu’il arrive parfois qu’ils débordent du cadre et empiètent sur les autres cases. Les décors sont d’une complexité inouïe avec des tonnes de cadrans, bonbonnes et tubes qui créent un joyeux chaos. Dans l’ensemble, le découpage est sage, le plus souvent quatre grosses illustrations. La mise en couleur repose essentiellement sur des teintes très pâles qui conviennent parfaitement à cet univers où tout est en retenue.

Le cauchemar argenté n’est pas de ces albums qui se dévore goulûment. Sans être véritablement ardu, il vaut mieux le parcourir quelques dizaines de pages à la fois pour en apprécier tous les éléments.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Bob Leclerc (Les aventures de)
1. Le Cauchemar argenté

  • Currently 1.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    yannzeman Le 21/03/2017 à 22:39:50

    Je ne peux pas dire que cet auteur est sans talent.
    Mais Dieu merci, toutes les BD ne ressemblent pas à la sienne, car sinon je ne me serais jamais intéressé à cet art.

    La lecture de cet album me laisse perplexe.
    Il s'agit visiblement d'un pastiche des années 50, une oeuvre qui se veut à la fois un hommage aux 50s, mais aussi sa parodie, une oeuvre humoristique, mais d'un humour répétitif, pompeux et qui finit par lasser le lecteur.

    Le rythme de l'album est sans temps mort, mais sans morceau de bravoure non plus. On ne se souvient de rien, ou alors de choses ridicules.

    Tout est trop caricatural, et visiblement cet auteur canadien a des comptes à régler avec lui même, la pédophilie et les pulsions sexuelles en général.

    La lecture devient même très ennuyeuse, lors du long passage décrivant la visite de l'intérieur de la fusée.
    La comparaison avec l'expédition vers la lune, dans tintin, est évidente et peu flatteuse pour ce "cauchemar argenté".

    C'est vraiment dommage, car grégoire Bouchard sait dessiner.
    Avec un vrai scénario (un vrai scénariste ?), il pourrait produire de jolies choses.

    Ce n'est pas un album que je recommande.
    Je sais déjà que je ne le relirai pas.
    Et pour la somme (25 euros) qu'il faut verser pour acheter ce gros livre, on est en droit d'attendre quelque chose de plus maitrisé.