Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ut (Barbato/Roi) 1. Les Venelles de la faim

10/04/2017 1992 visiteurs 7.3/10 (4 notes)

E n 2016, l‘Italie se prend de passion pour une série en six fascicules pour le moins atypique. En 2017, les éditions Mosquito publient en trois tomes - de deux-cents pages chacun - les aventures de Ut.

Plutôt que de chercher à savoir qui est cet énigmatique personnage, ne serait-il pas plus aisé de définir ce qu’il n’est point ? Ce n’est pas un héros - du moins pas dans son sens générique -, ce n’est pas non plus le genre de protagoniste que l’on croise dans tous les strips et il est loin de ressembler à un bellâtre. Un brin infantile, voire primaire, Paola Barbato le définit comme « una specia di pinocchio moderno ». En des temps où ce qui ressemble à un ersatz d’Humanité ne recherche qu’à s’entredévorer, Ut ferait presque figure de gentil naïf s’il ne découpait pas son prochain à grand coup de serpe !

Romancière transalpine rentrée en BD via les scénarios de Dylan Dog, Paola Barbato livre un script pour le moins déstabilisant. Impossible d’appréhender ni le lieu ni l’époque et encore moins le contexte général de cette fiction. Curieusement, cet univers plus qu’insolite n’est pas aussi déroutant qu’il n’y parait de prime abord, ne serait-ce que par ses références visuelles notamment celles au cinéma allemand de l’Entre-deux-guerres ou à Lovecraft. Erratique, décousu, sans véritable fil narratif à l’exception d'une quête qui donne un peu de linéarité (et de sens) à un récit qui va de rues en ruelles sans finalité apparente, Les Venelles de la faim attire plus que de raison. Avec sa personnalité affirmée UT plonge le lecteur dans un monde d’outre-temps et de folie où les enfants se nourrissent d’histoires et leurs parents de chairs. Le magnétisme qui s’échappe de ce premier volet de triptyque doit énormément au superbe dessin. En noir et blanc, Corrado Roi cultive un graphisme dont la finesse du trait et les aplats se fondent et emplissent chaque planche d’une charge esthétique et émotionnelle peu courante. Ainsi, Ut doit autant à l’onirisme macabre de son scénario qu’à l’évanescence sépulcrale de son dessin.

Pour conclure, une fois n’est pas coutume, une mention spéciale pour le soin et la qualité apportés à la version française de ce fumetti qu’il aurait été dommage de manquer.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Ut (Barbato/Roi)
1. Les Venelles de la faim

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yovo Le 30/04/2017 à 11:09:48

    Ma note reflète mon avis de collectionneur, « Ut » étant un objet bédéphilique éminemment désirable ! Ces 190 planches de Corrado Roi sont un véritable chef d’œuvre graphique. Un regard à la couverture peut vous en convaincre !

    Après, je minorerais mon enthousiasme si je donnais un avis en tant que simple lecteur car le récit m’a donné l’impression d’avoir loupé le début… Aucune introduction, aucune présentation des personnages, de l’environnement ou de l’intrigue ne vient nous aiguiller sur ce qui se passe. Bon... Il reste donc à essayer d’attraper le fil en cours de route.
    Sauf que de fil, il n’y en a pas ; « Ut » se présente comme un long cauchemar labyrinthique et indistinct.
    On y retrouve une certaine iconographie du côté obscure (héros masqué, commanditaire trouble, rues désertes, no man’s land, anthropophages…) mais dotée d’une inclassable poésie qui emprunte aux contes de Grimm autant qu’aux univers picturaux de Böcklin, Munch ou de Chirico.

    Un premier tome insolite à l’esthétique raffinée donc, un peu cryptique, et peut-être un peu vain… A suivre.