Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

I nspirées par un engouement nippon pour le suicide collectif en compagnie d’inconnus, quatre personnes, qui se sont rencontrées sur internet, concluent un pacte. Elles n’ont rien en commun : un vieil homme, une jeune femme, un analyste financier et un sportif. Chacun ignore tout de l'autre, même son nom. L’aîné est de loin le plus motivé et il dicte les règles du jeu. Ils mourront asphyxiés dans une voiture garée dans la forêt de Fontainebleau, après avoir lu un poème japonais. Les imprévus surgissent et le plan tombe à l'eau. Plus le temps passe, moins la volonté d’en finir est affirmée.

Bien que le sujet soit dramatique, Stéphane Massard et Jean Rousselot ont choisi de l’aborder sous le mode de l’humour, dans une parodie de « road movie » où l’Ankou est costumé en samouraï. Le quatuor est empoté et trouve toujours le moyen de se mettre les pieds dans le plat. Le lecteur se surprend à sourire tout du long et, par moment, à rire franchement de leur maladresse et de leur naïveté. Petit à petit, il découvre les motivations, au demeurant banales, des protagonistes auquel il s’attache. Le dénouement est cependant prévisible ; le bédéphile comprend rapidement qu’il n’y aura pas de cadavres et que cette quête est finalement une rédemption. Une chute plus décoiffante aurait été appréciée.

Il y a peu à dire sur le dessin, somme toute classique et intemporel, de Nicolas Delestret. Adoptant un style caricatural, il prend ses distances avec la thématique. Son découpage est efficace ; dans cette aventure aux rebondissements multiples, les formats des cases et les angles se renouvellent sans cesse. Mentionnons également sa mise en couleurs, très vivante et joyeuse qui donne le ton à ce faux drame.

Un agréable divertissement, souvent rigolo, dont l’esprit rappelle celui des Vieux fourneaux.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Adieu monde cruel !

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.