Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

M atthieu Angotti, jeune homme engagé dans le monde associatif, a reçu une offre qu’il ne peut refuser : intégrer le cabinet du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Pendant dix-huit mois, il se retrouve au cœur du pouvoir et reçoit comme mission de concevoir un plan pour favoriser l’intégration qui deviendra, avec un peu chance, la feuille de route du gouvernement. Un job de rêve pour le militant qu’il a toujours été ? Oui et non, en réalité, son expérience ressemble rapidement à un long et douloureux apprentissage du sort réservé à ceux qui œuvrent dans l’ombre pour le bien commun.

Sur le papier, Désintégration rappelle le décoiffant Quai d’Orsay du duo Christophe Blain/Abel Blanzac et, dans une moindre mesure, Le château de Matthieu Sapin. Concrètement, Matthieu Angotti et Robin Recht proposent un album-confession plus proche du travail sans concession de Philipe Squarzoni (Saison Brune, Homicide). En effet, Désintégration joue la carte du réalisme brut de décoffrage. Avalanche d'explications techniques sur les procédures menant aux lois, des actes, des conséquences, la narration plonge le lecteur dans la mécanique interne de Matignon, luttes d’influence et ressauts de l’actualité y compris.

Même s’il faut mieux avoir un minimum de connaissance (ou de curiosité) à propos des rouages de la politique pour vraiment apprécier cette dissection dessinée, le personnage attachant d’Angotti rend la lecture prenante et très révélatrice de l’infinie difficulté à faire avancer concrètement les choses. D’ailleurs, en plus de son sujet principal, l’ouvrage s’avère aussi être un joli portrait d’un individu qui se voit donner une possibilité unique d’appliquer ses convictions dans la cour des « grands ». Par contre, en franchissant les portes du 57 rue de Varennes, il met sa vie privée de côté, au grand dam de sa femme, efface de sa mémoire les notions de repos ou de pause, se devant d’être opérationnel vingt-quatre heure sur vingt-quatre.

Changement radical de décors pour Robin Recht qui passe du Moyen-âge de Julius et de la fantasy d’Elric aux salons feutrés de la Cinquième République ! Sobre, précise, mais pas sans une certaine audace, son approche fait la part belle aux hommes et aux femmes qui campent littéralement les salles de réunion ou les anti-chambres entre deux rencontres de concertation. Ce qui aurait pu être une succession de scènes de dialogues monotones se transforme sous la plume du dessinateur en une explosion d’échanges où la bienséance est la règle d’or, malgré les coups fourrés et autres changements subits de positions de la part d’une ou plusieurs officines. Alors que les protagonistes se doivent de rester civils, c’est la mise en page qui prend le relais pour exprimer les colères et les frustrations. Recht utilise astucieusement la forme pour montrer ce qui bouille à l’intérieur et ajoute ainsi une profondeur assortie d'une violence insoupçonnées à ces joutes verbales si policées.

Peu ou pas de répit pour les braves, Désintégration décrypte avec précision le rôle souvent ingrat de conseiller ou de chef de mission et permet également de comprendre l’inertie apparente des processus décisionnaires.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Désintégration

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.