Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La pension Moreau 1. Les enfants terribles

07/04/2017 1081 visiteurs 7.0/10 (1 note)

Émile, fugueur et mutique, est confié en désespoir de cause par ses parents à la pension Moreau, où le professeur Turoc applique une discipline de fer pour mater les jeunes rebelles. Il est aidé en cela par une « équipe pédagogique » des plus insensibles. Malgré tout, le jeune garçon réservé trouve rapidement un cercle d’amis parmi ses camarades d’infortune, surmontant le silence grâce au dessin.

Dès la première page, Benoît Broyart place le récit sous le patronage de La chasse à l’enfant de Prévert, texte faisant lui-même référence à un sinistre fait divers : lors de la révolte des enfants du bagne de Belle-Île en 1934, un détenu s’évade puis est traqué par les habitants… Une bien lugubre inspiration pour une bande dessinée jeunesse, qui augure du pire pour la suite ! Outre cette influence, celle de L’île du docteur Moreau s’impose au lecteur, ne serait-ce que pour les animaux anthropomorphes – et le titre bien sûr ! Il est donc permis de se demander si ces créatures auront un rôle particulier à jouer dans le développement de l’intrigue ?

Le style de Marc Lizano, qui se prête habituellement à des albums plus lumineux, destinés à une tranche d’âge plus basse sans pour autant éluder des réalités douloureuses, dans Hugo et Cagoule ou La petite famille par exemple, convient tout à fait à ce nouvel univers ; la rondeur du trait et la disproportion des personnages atténuent l’ambiance sombre.

Sous une couverture soignée qui fait impression, voilà un début de série très intrigant… Les prochains tomes de cette trilogie seront attendus avec impatience, par les grands comme les petits ! Cependant, si l’éditeur conseille cette lecture à partir de 8 ans, attention aux âmes sensibles ! A contrario, si les mômes font encore les malins après ça, n’hésitez pas à leur faire écouter La chasse à l’enfant chantée par Marianne Oswald, ça devrait les calmer.

Par T. Bisson
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La pension Moreau
1. Les enfants terribles

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.