Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Gudesonn 1. La nuit de Walpurgis

04/04/2017 1024 visiteurs 6.0/10 (1 note)

D ans un univers parallèle, la Terre est divisée en huit secteurs d’importances inégales. Stockholm y est le centre de la Fédération scandinave, laquelle couvre la quasi totalité de l’Europe et la moitié de l’Amérique du Nord. Cette société, polythéiste, est farouchement défendue par la Guilde, un groupe plus ou moins occulte. Pendant la fête du Walpurgis, dix-huit enfants sont abattus dans une crèche de Vörstorp, pas très loin de la capitale. Le capitaine Martin Gudesonn et la sergente Jonna Liberg mènent l’enquête. Ils craignent que le massacre soit lié à la prophétie de la venue d’un dieu unique annonçant la fin des temps.

Le scénario est signé par un trio d’auteurs, et non les moindres : Didier Convard, Pierre Boisserie et Éric Adam. Les trois hommes ont élaboré un monde légèrement décalé. Ils ont ainsi toute latitude pour réinventer les enjeux géopolitiques et religieux, alors que le quotidien (vêtements, technologies, véhicules, architecture, etc.) se compare généralement au nôtre. L’intrigue est originale et bien construite. Elle insiste notamment sur les rapports de forces entre les pouvoirs spirituels, policiers et politiques. Le lecteur aurait aimé que le récit explore mieux la question internationale, mais tout porte à croire que l’Empire inca et le Don du Nil joueront un rôle significatif prochainement. Les protagonistes sont attachants, même si parfois clichés (flic alcoolo et têtu) ou étrangement peu touchés par l’assassinat de leur sœur.

Le dessin de Mr Fab n’est pas inintéressant, mais présente à l’occasion des signes de relâchement ou d’empressement, particulièrement pour ce qui se trouve au second plan. Un peu comme si les cases avaient été trop agrandies. Les expressions de quelques acteurs sont par ailleurs surprenantes : un enquêteur qui affronte les journalistes avec un sourire ravi ou encore une dame terrifiée qui a plutôt l’allure d’une groupie devant un Beatle. La plupart des illustrations semblent légèrement pixelisées, cela dit, ce n’est pas vraiment dérangeant ; le procédé entoure l’ensemble d’un léger brouillard et contribue à l’atmosphère générale.

Un bon petit polar ésotérique avec des traces de science-fiction.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Gudesonn
1. La nuit de Walpurgis

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kingtoof Le 09/04/2017 à 11:28:50

    Histoire intéressante et originale : dans un monde parallèle au notre, les nations sont des empires et le dieu unique n'a pas fait son apparition auprès de l'humanité. Les croyances sont polythéistes notamment pour la Fédération Scandinave qui s'appuie sur le panthéon viking. A la tête de cette fédération, la Guilde ne souhaite pas voir apparaître de Messie prophétisant la croyance en un dieu unique synonyme de servitude pour l'homme.
    L'histoire commence donc par un massacre d'enfants (faisant référence "au massacre des innocents" perpétré par Hérode selon l’Évangile de Mathieu).
    Les points négatifs pour moi :
    - le dessin
    - la scène de combat-traque : lorsque la policière d'un petit village arrive à mettre hors de combat 4 assassins-commandos de la Guilde venus la tuer...(enfin vous vous ferez votre avis...).