Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D epuis la mort de son père, Kémi a lâché les études et repris la vente de carburant. Malheureusement, il n'arrive pas à joindre les deux bouts et les dettes s'accumulent, malgré l'aide d'Omer, son copain en fauteuil. Le jeune garçon va devoir trouver un moyen supplémentaire de s'en sortir, tant pis si cela s'avère dangereux. Si seulement Yao, son jumeau, était encore près de lui...

Jean-Denis Pendanx est un amoureux de l'Afrique. Plusieurs séjours sur ce continent, à titre privé ou professionnel, lui ont permis de découvrir certaines régions : leurs charmes comme leurs mystères, les populations et leurs difficulté comme le folklore, les croyances ou les modes de vie. Se basant sur un séjour à Cotonou (la plus grande ville du Bénin, située à son extrême sud, coincée entre le Lac Nokoué et le Golfe de Guinée), il imagine une quête fraternelle mais aussi intimiste longue de plus de 750 kilomètres.

Seul au commande d'un album pour la première fois, il met ses dons de dessinateur au service d'un « fleuve-trip » palpitant et immersif. Avec le talent qu'on lui connait, l'auteur de Tsunami et Le maître des crocodiles reprend les pinceaux pour mettre en image cette fresque. Gaufrier de douze cases muettes, pleine page, trois ou quatre bandes, la panoplie de découpage est large mais surtout percutante. L'effet n'est pas qu'esthétique, les compositions racontent elles aussi, le regard est tour à tour guidé ou laissé libre de mouvement. Et lorsqu'il se pose sur un détail, une zone ou une vignette, il est imprégné de l'ambiance particulière qui se dégage de chaque planche. Affranchi d'encrage, le trait n'en est pas moins précis, les visages en gros plan bluffants de réalisme et expressifs à souhait. Le gros travail sur les couleurs, à l'aquarelle, permet également de jouer avec la profondeur de champ ou de donner le ton des séquences. Le quartier de Danktopa et la frénésie de son marché, le village de pêcheurs de Ganvié et ses maisons sur pilotis, Lagos et ses dangers jusqu'au delta du Niger, les lieux se succèdent et alors que les décors - naturels ou urbains - changent et s'assombrissent, les atmosphères sont restituées avec la même force, la même intensité.

De beaux dessins n'ont jamais fait une bonne bande dessinée, aussi, l'histoire se devait d'être passionnante pour ne pas que ce titre rate le coche. Le défi est relevé haut la main. Si au départ elle est guidée par l'espoir et l'instinct, la fuite en avant du héros va se muer en une véritable introspection. La relation gémellaire sert de fil rouge et le poids de l'absence, le manque suscité rend viscérale la recherche d'informations : « perdre son jumeau c'est perdre la moitié de son âme » dit le proverbe. Les raisons de la séparation se dévoilent peu à peu, prennent le pas sur la traversée et, à mesure que la recherche approche de son terme, la tension va crescendo et ne lâche plus le lecteur jusqu'au dénouement. Mais au delà du périple de son héros, l'auteur brosse également le portrait d'une région dure où chacun survit comme il peut avec ce qui l'entoure. Pour Kémi, les rencontres (bonnes ou mauvaises) s'accumulent et avec elles, les difficultés des existences se sont font jour. Ce double propos aurait pu tomber dans l'excès ou dans la caricature mais la réussite de cet album tient en partie dans cet équilibre qui, même s'il s'avère critique sur le contexte, est fait sans ton moralisateur, dénué de manichéisme.

Avec Au bout du fleuve, Jean-Denis Pendanx convainc totalement. En plus d'un superbe voyage, il offre un récit intimiste où le cadre est tout aussi saisissant que l'aventure est émouvante. Dépaysant, un peu mystique, touchant mais surtout un bel album autant pour les yeux que pour l'esprit.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Au bout du fleuve

  • Currently 3.80/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 14/05/2017 à 14:26:54

    Un récit bouleversant qui met clairement en avant la pauvreté et l'exploitation de certains pays d'Afrique, dont la population côtoie en permanence la mort.
    A travers le voyage de Kémi pour retrouver son frère jumeaux Yao, l'auteur nous met, page après page, face à la dure réalité de la vie Africaine.
    L'ensemble est renforcé par le dessin au pinceau toujours aussi touchant de Pendanx, ainsi qu'à la palette de couleurs qu'il utilise.
    Une quête éprouvante, sensible et bouleversante, presque authentique, qui entraîne avec elle le lecteur jusqu'à la dernière page.