Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Fatale (Manchette) Fatale

02/10/2014 4997 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

L a prose de Jean-Patrick Manchette, quand on y a goûté une fois, il est difficile de s'en passer, et ce n'est pas Jacques Tardi qui dira le contraire ! Après La princesse du sang, Max Cabanes s'attaque à Fatale, neuvième livre de l'auteur d'Ô dingos ô châteaux. Originellement paru en 1977, ce prototype parfait du roman noir met en scène et déconstruit, plus que violemment, la petite bourgeoisie de province par l'entremise d'une tueuse en série en mission rédemptrice. Ça va saigner, mais ce n'est que justice.

Cabanes, assisté par Doug Headline, a choisi une approche ultra-respectueuse dans son adaptation. Dans sa tâche, il est grandement aidé et guidé par le style sec et limpide de Manchette, dont il réutilise les mots par l'intermédiaire de nombreux textes narratifs. Ces derniers, judicieusement placés au fil de l'album, permettent de détailler rapidement tel ou tel point secondaire du scénario, sans en briser le rythme. Le passage des lettres à la bande dessinée se révèle remarquable, à la fois respectueux et créatif.

Graphiquement, le dessinateur fait étal de tout son talent, particulièrement dans le domaine des textures et de la couleur. Cette maîtrise de la matière habille littéralement un trait réaliste et lui donne une espèce de densité quasiment tangible. La pluie vous glace l'échine, tandis que l'encaustique des intérieurs des parvenus de Bléville vous agresse les narines ! Par contre, si l'ambiance est parfaitement restituée, ces descriptions, frôlant un baroque parfois étouffant, se retrouvent un peu en porte-à-faux avec l'aridité volontaire de l'écrivain. Malgré ce bémol très mineur, cette version BD extrêmement maîtrisée de Fatale se dévore avec une certaine jubilation, celle de voir la médiocrité humaine se décomposer sous le poids de ses propres tares.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Fatale (Manchette)
Fatale

  • Currently 4.04/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (45 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    judoc Le 12/02/2017 à 17:50:53

    Un polar/thriller glauque et efficace. Un dessin et une colorisation parfaitement maitrisé, des personnages énigmatiques et nauséabonds, tout ce qui fait le succès du genre est réunit dans cet album. La chute, improbable, ternit un peu l'impression d'ensemble, mais un peu seulement.

    A lire !

    meuillot Le 24/01/2017 à 15:41:57

    Une femme à la beauté froide et mystérieuse, sortie de nulle part, apparaît dans une forêt et abat sans sourciller un chasseur. Aucune explication. Voici comment débutent les premières planches de Fatale. Puis, on retrouve celle qui se fera appeler Aimée, dans un train qui l’amène dans la ville portuaire de Bléville. C'est à cet endroit que va se décanter cette histoire sombre et qui se découpe en 3 parties :

    - la première faisant office de rapide présentation de cette énigmatique femme.
    - La deuxième détaille sa capacité à se fondre dans la masse et ainsi s'acclimater rapidement à cette ville étrangère.
    - la troisième, la plus accrocheuse, commence avec la très bonne confrontation avec le Baron (je parle bien de l'affrontement "sanguinaire") jusqu'au dénouement où tout va crescendo...

    Sans être un lecteur de Manchette, je pose donc mon avis sans faire de parallèle avec l’œuvre. Mais ce one shot est, de mon point de vue, très réussi ! Le fils de l'auteur, Doug Headline, associé à Max Cabanes ont fait du chouette boulot. M. Cabanes est très habile dans ses couleurs tantôt sombres, tantôt légères et qui collent parfaitement aux ambiances décrites. Quant à son dessin, il est vraiment adapté à la noirceur de ce thriller. Brillant.
    La scène la plus réussie étant celle évoquée plus haut (Aimée vs Le Baron).

    Un bémol cependant... le dénouement et cette dernière case... qui me paraissent tellement invraisemblables...

    Ce qui n'occulte en rien la qualité de ce roman graphique. Est-il une fidèle adaptation du roman ? Aucune idée. Mais un très bon moment de lecture, ça oui, j'en suis certain.

    Rody Sansei Le 06/12/2015 à 19:24:42

    Assez beau, mais sans grand intérêt.

    Je ne connais pas le roman de Manchette original, alors je ne peux juger cette BD que comme une oeuvre à part entière (et non comme une adaptation).

    Et je dois avouer que je me suis royalement ennuyé :
    . narration poussive, à coup de grands cadres trop verbeux (on est dans une BD, pas dans un roman...)
    . histoire finalement un peu nébuleuse : quel est le but de "l'héroïne", pourquoi continue-t-elle à tuer, pourquoi une telle débauche de violence ?
    . pas de pic de suspense et/ou de tension,
    . une fin curieuse et pas palpipante du tout.

    Le dessin plutôt agréable n'arrive pas à rattraper le tout. Peut-être aurait-il fallu un récit en deux tomes (comme dans la "Princesse du Sang" des mêmes auteurs, que je trouve quand même meilleur).
    Bref, pour moi c'est une oeuvre ratée, une BD ratée (mais peut-être le roman d'origine est-il meilleur ?).

    minot Le 04/01/2015 à 23:30:30

    Un polar honorable, mais qui pèche à mon avis par un ton beaucoup trop narratif. Le dessin aux couleurs blafardes est réussi, malgré quelques approximations. L'ensemble se lit bien mais rien d'inoubliable toutefois.

    poncetdo Le 20/09/2014 à 18:01:52

    Bonjour,
    une précision concernant le Tirage de Tête normalement signé et numéroté de 1 à 777, mon exemplaire de TT est bien signé sur le tiré à part mais pas numéroté ! ! !

    RoRk41 Le 18/09/2014 à 20:21:31

    Ca c'est de la BD pour adulte!
    Un peu de sexe, de la satyre bourgeoise, une critique de la province année 70, un révolutionnaire bougon et alcoolique, une femme sans gène...

    C'est éblouissant de fluidité, de cohérence, de couleurs crues malgré la noirceur du scénario.

    C'est indispensable!

    ZPATZ Le 08/09/2014 à 19:52:12

    C’est véritablement un best. On prend une bonne grosse claque d’entrée de « jeux ». Le décor est planté dés la première planche, avec sa chasse ou le chasseur devient proie et la prédatrice aussi belle qu’impitoyable en exécuteur. Et pourtant tout reste a découvrir…!!? Qui est elle?
    Aimée, c’est le nom de l’horrible tueuse eh oui….!!! l’auteur a le sens de « humour » ,noir en l’occurrence. Eh bien cette charmante, au demeurant ,mérite de figurer au coté de Tyler cross,et notre Sergio leone aurait pu la prendre pour remplacer ce cher vieux clint. On ressent même des ambiance a la Hitchcock (psychose les oiseaux etc.…) Aimée a un comportement très paradoxale, a la fois inhumaine froide sans compassion et pourtant des petites choses nous sont offert par l’écrivain pour découvrir une nature plus en profondeur de cette âme tourmentée et finalement fragile dans ses sentiments.
    Le dessin est une petite merveille et colle impeccablement a cette ambiance moite pour ne pas dire mortelle….!!! Les visages sont de bonne vraie gueules avec un charisme voir proche de la caricature genre « Audiard ». Les écritures dans les bulles sont intéressantes car quand les personnages parlent la typo est « genre » manuscrite donc « maladroite »au sens naturel du terme alors que la voix off est écrite au « propre » se qui aurait tendance a montrer une pensée claire précise et sans hésitation .LA encore opposition franche. Aimée roule a vélo alors que les bourgeois en grosses berlines(nota bene le baron roule en 4cv)
    D’ailleurs c’est curieux, j’aie eu un éclat de rire (contenu) au moment de l’évocation : « le moment ne semblait pas proche pour se « goinfrer »de nouveau de choucroute » c’est vraiment bizarre car l’ambiance ne se prêtait vraiment pas a sourire voir a s’éclater de rire
    Il y aurait tant a dire sur cette œuvre magistrale mais non lisait le……………