Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Durango 16. Le crépuscule du vautour

24/12/2012 3384 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

I l est des individus pour qui une vie se mesure à l’aune de ce qu’elle rapporte ou par les quelques grammes de plomb qui l’abrègeront prématurément. Autres temps, autres mœurs ; avec le siècle qui va naître, s’achève la fin d’une époque : celle des pionniers qui défrichèrent l’Ouest à grands coups de pioches et de revolvers.

Durango est de retour et il poursuit sans état d’âme une vengeance suicidaire que même la douceur des hanches de Windbird ne peut lui faire oublier. Désabusé à jamais, le peu d’empathie qu’il concédait encore à ses semblables s’en est allé dans la fumée d’un soir. Le crépuscule du vautour concrétise un changement dans la psychologie du personnage. Cette évolution se retrouve jusque sous le crayon de Thierry Girod ; le tueur à gages a vieilli et… muri ! Plus que les années, ce sont ses chevauchées sans but, jonchées de dizaines de cadavres gisant dans la boue ou la poussière qui ternissent le regard d’Oeil Couleur de Prairie. N’ayant plus rien en quoi croire et aucun avenir à offrir, son futur se résume à la balle qui le tuera. Loin du tueur méthodique et froid qu’il fut, l’homme est désormais meurtri. Les grands fauves blessés sont les plus dangereux dit-on, Steiner et ses sbires l’apprendront bientôt à leurs dépens ! Durango est le stéréotype du cow-boy solitaire qui - à l’image de ces westerns fourrés à la sauce tomate ou au ketchup - véhicule tout un imaginaire qu’Yves Swolfs - en évitant d’être trop manichéen - sait parfaitement cultiver et que Thierry Girod met cinémascopement en images.

Le crépuscule du vautour est l’occasion pour le virtuose du Mauser c96 de côtoyer enfin ses frères rouges. À l’opposé d’un Blueberry qui cultivait les amitiés indiennes, Durango semblait ne jamais devoir croiser leurs routes. C’est désormais chose faite et il est heureux que son retour perpétue un genre qui a récemment perdu l’un de ses pairs les plus illustres.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Durango
16. Le crépuscule du vautour

  • Currently 3.62/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (21 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Barbe Noire Le 27/03/2014 à 14:31:12

    J'adore.. Les scénarios sont très travaillés, les dessins splendides. Dans le top 5 de mes BD préférées.

    myrmy Le 15/02/2014 à 14:28:21

    Bonne série mais en déclin depuis quelques albums. Sur celui-ci une trame de fond honorable mais une fin bâclée tant au niveau du scénario que du dessin (pression de l'éditeur ?).
    Le personnage a évolué au fil des albums, vivant personnellement encore plus au présent et se trouvant des "buts" pour occuper son manque de vie. Durango reste la référence western de la BD mais pour combien de temps encore...

    [LOCKJAW] Le 27/12/2013 à 03:14:11

    Bon...C'etait un bon western sans plus des personnages interessant de beau paysage mais... je ne sais pas il manque quelque chose... certes la bd est bonne la fin... la fin... aurait pu etre mieux de beaucoup... selon moi......Bon ben je change d idee desfois on lis vite...prenez ltemps de le relire ;) c est un bon spaghat

    DamBDfan Le 04/12/2013 à 17:57:18

    Avis pour le triptyque (tome 14, 15, 16)

    Durango est cette fois-ci entre les mains de Thierry Girod en ce qui concerne les graphismes et franchement, je dois dire que c’est du très bon travail. Le changement n’a pas été agressif, on reconnaît bien notre cow-boy. Les décors de l’Ouest, les trognes des ennemis ainsi que les couleurs sont remarquables et dans l’esprit de Swolfs.

    Durango a évolué, on le sent plus désabusé, impitoyable que jamais et ça peut se comprendre vu ce qui lui est arrivé (voir sa relation avec l'héritière tome 12). La vengeance sera terrible et loin de tout repos face à un adversaire charismatique sans scrupules, capitaliste, que rien n’arrête dans sa soif de pouvoir.
    Encore une fois, je me suis délecté à la lecture des dialogues, spécialement ceux en voix-off très psychologique et des nombreuses scènes d’action qui prouvent bien que la série reste une incontournable du style « Western »
    L’histoire du dernier tome est plus dense (corruption, magouille,...) et demandera plus d’attention que les deux précédents albums.
    Je serai présent pour d’autres aventures en espérant qu’il y en aura d’autres.

    cachou Le 10/02/2013 à 12:26:55

    Il a mis du temps à arriver mais ce troisième tome qui cloture le cycle avec Girod au dessin est génial.

    Un must dans ce genre là.

    Durango réussi enfin à acomplir sa vengance commencé dans les deux prédents tomes, pour une fin en apothéose.

    Du pur Durango comme toute la série.

    kergan666 Le 29/12/2012 à 19:27:57

    une très bonne bd dans la suite des meilleures Durango.
    seul "petit" soucis, il n'y a PAS d'Antilopes aux USA (voir page 41)...
    les dessins de Girod sont vraiment très bon.
    longue vie à Durango à défaut d'être paisible...