Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Parker 2. L'Organisation

29/04/2011 5216 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

M iami Beach, 1963. Parker dormait probablement encore à moitié quand il a instinctivement bondi du lit, saisi son arme et mortellement blessé le tueur venu le buter pendant son sommeil. Si le cri de la femme venu animer sa nuit lui a probablement permis de s’en sortir sans une seule égratignure, l’homme qui gît dans sa chambre d’hôtel ne peut vouloir dire qu’une seule chose : l’Organisation a décidé de l’éliminer. N’étant pas du genre à fuir les problèmes, il décide de contre-attaquer en frappant là où ça fait le plus mal. Aidé par d’autres malfrats et connaissant toutes les combines du milieu, il s’en prend alors aux transferts de fonds, aux bookmakers et aux paris clandestins. Ne se contentant pas de déstabiliser financièrement le syndicat du crime, il a également l'intention de régler ses comptes avec celui qui a donné l’ordre de l’abattre. Le chasseur est de retour et, cette fois-ci, c’est l’Organisation qui va trinquer !

Après l’adaptation réussie du roman The Hunter, Darwyn Cooke s’attaque à la suite des aventures de ce truand en costume-cravate créé par le célèbre auteur de polars noirs Richard Stark (alias Donald Westlake), décédé en 2008. Si le premier tome était traduit par Tonino Benacquista, la traduction est cette fois assurée par Doug Headline (Jean Manchette de son vrai nom), le fils de Jean-Patrick Manchette.

Cette nouvelle histoire de vengeance, rythmée par plusieurs braquages, ne renouvelle certes par le genre, mais reprend tous les points forts du premier volet, rendant ainsi un nouvel hommage au polar noir américain à l’ancienne. Si l’ambiance des États-Unis des années 60 est très réussie, et si la narration fait à nouveau mouche, le héros extrêmement charismatique de la série gagne encore en profondeur. Malgré un nouveau visage, ce gangster impitoyable, incapable d’extérioriser ses émotions et animé par une volonté d’acier, n’a rien perdu de son charme et de son jusqu’au-boutisme. C’est avec sang-froid et grande méticulosité qu’il remonte la piste de celui qu’il traque, dans un environnement qu’il connaît trop bien et où il se sent particulièrement à l’aise, celui du grand banditisme.

Le style caractéristique de Darwyn Cooke confère une ambiance rétro qui colle parfaitement à ce New-York des sixties, gérée par le crime et les gangsters. L’ajout de tons bleutés à ce dessin noir et blanc peaufine encore un peu plus cette atmosphère passée. L’auteur multiplie à nouveau les scènes muettes, où tout se joue sur l’ambiance et les non-dits, et fait preuve d’une plus grande inventivité au niveau des ressources narratives. Alternant des strips, du texte illustré et de la mise en images classique, se servant des cases du Monopoly et évoquant l’un des braquages sous forme d’article de journal, il passe d’un style à l’autre et étale son savoir-faire, tout en assurant la fluidité du récit.

Cette adaptation intelligente, graphiquement très aboutie, aurait assurément sa place parmi les meilleurs albums de la collection Rivages/Casterman/Noir, qui a déjà publié une adaptation d'un roman de Donald Westlake (Pierre qui roule par Lax).

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Parker
2. L'Organisation

  • Currently 4.44/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (39 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    stry20012001 Le 23/02/2013 à 14:57:27

    Un peu moins bon que le premier tome. LE design reste le même. Je n'ai pas trop aimé les pages manuscrites du milieu mais ça permet d'expliquer l'histoire plus en détail. L'album prend moins au tripe que le précédent volet mais reste très bon.