Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

S olo, duo, trio, quartet… la musique, le jazz en particulier, se caractérise souvent par le nombre. Dans le jeu de l’amour, le plus important est d’être sur la même longueur d’onde pour sonner juste. Sur un fond de swing et de be-bop, Régis Hautière (Vents contraires, Le marin, l'actrice et la Croisière Jaune) tisse une comédie sentimentale douce-amère très accrocheuse. En quatre chapitres pour autant de protagonistes, il décline les aléas, les envies et les déboires de la quête de l’âme sœur.

Le ton, à la fois léger et nostalgique peut rappeler certains travaux d’Andi Watson (Slow News Day, Breakfast After Noon). Heureusement, le scénariste a su se démarquer et aller au-delà de cette seule thématique très classique. Il brouille les pistes et propose un récit à la construction très savantes. L’exercice est des plus convaincants, car, tout en jouant sur la forme, l'histoire reste malgré tout bien centrée sur son sujet. Les chassé-croisés des protagonistes se retrouvent emberlificotés dans une trame narrative circulaire qui rend la lecture encore plus passionnante.

L’ancrage du scénario dans les années 50, qui, soit dit en passant, est également une période clef pour le jazz, permet à Antonio Lapone (Antique Detective Agency) de montrer Bruxelles d’une manière qui soutient la comparaison avec les œuvres du regretté Yves Chaland. Au-delà des seuls décors, c’est toute l’esthétique de l’album qui respire cette époque révolue. Le découpage, très recherché, joue aussi fortement sur l’ambiance très réussie du récit. Le dessinateur se joue très bien des nombreuses scènes de tête-à-tête. Il parvient, avec beaucoup d’ingéniosité, à dynamiser ces nombreux dialogues. Le jeu de la séduction – et de la déception – a rarement été aussi bien retranscrit.

Une BD sans fausse note, Accords sensibles est très recommandable. Toutefois, pour une expérience de lecture pleinement réussie, n'oubliez pas de mettre sur la platine un peu de Chet Baker...

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Accords sensibles

  • Currently 3.72/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (29 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.