Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Pachyderme

14/09/2009 6408 visiteurs 6.8/10 (9 notes)

C arice fend à pied un embouteillage, insensible au tumulte ambiant et aux gaz d’échappements, de manière presque mécanique, comme portée par les événements - ailleurs. Il faut dire qu’il y a de quoi être perturbée, son mari vient d’être admis aux urgences consécutivement à un accident de voiture. Ignorant littéralement le gros incident générateur du bouchon qui n’a d’autre effet que de la dévier de sa trajectoire, elle s’enfonce dans les bois qui bordent la route pour rejoindre l’hôpital au plus vite. Sortant d’un bloc opératoire où il vient d’œuvrer, un chirurgien entame quelques pas de danse en chantonnant ; et le public d’applaudir…

F. Peeters semble avoir pris au pied de la lettre certaines idées développées dans le poème de R. Kipling If. Alors que la récente série R.G. lui a donné son bon de sortie du cercle des auteurs reconnus pour leur talent par le milieu, mais toutefois guère connus du public, il opère un changement de cap radical, d’autant qu’il ne s’agit en aucun cas d’un retour aux sources. Construit sur une opposition constante entre un classicisme prégnant dans la manière - jamais l’auteur ne l’a été à ce point - et l’étrange étrangeté qu’il immisce en son sein, cet album à de quoi dérouter. L’intention est celle d’un passionné par sa matière première, courageuse et intéressante.

Classique dans la technique, parce que les effets ne sont pas forcés par le biais du dessin. Le trait, sans donner jusqu’à la ligne claire d’Hergé, est sans fioriture : ce qui est montré, même l’anormal ou ce qui peut apparaître hors contexte, l’est toujours de façon intelligible. La mise en couleurs, sagement respectueuse de ses limites, et l’agencement conventionnel des cases au sein des planches, renforcent cette impression. Sachant que ce n’est pas une question de moyens, car son graphisme aurait permis d’aller bien plus loin, il est possible de regretter ce choix. Si cette option se marie assez bien avec le côté léger qu’il a voulu donner à son histoire, ce refus d’utiliser la carte de l’esthétisme a aussi son pendant : il ampute la réalisation de possibilités efficaces pour influer sur l’atmosphère et toucher du doigt les sens du lecteur.

Classique dans l’environnement, parce qu’il utilise des lieux communs. La forêt s’impose naturellement en frontière symbolique et vague qui sépare la raison et l’irrationnel. L’hôpital, démesuré et constitué d’un véritable dédale de couloirs semblables et interchangeables, incarne bien le côté piégeant que ressent toute personne en y entrant - quand vais-je sortir ? La cabine d’ascenseur, elle, ne manque pas de donner lieu à une rencontre improbable, avec tout ce que cela véhicule comme fantasmes. Ensuite, l’insertion d’éléments souvent incongrus dans le contexte, objets (introduction à l’étrange par le quelconque, quelle signification ?), mais aussi apparitions plus ou moins vivantes (quelle part de réalité ? Quel est le sens caché des propos tenus ?), fonctionne plutôt bien, notamment parce qu’utilisée avec mesure. Enfin, la sexualité est sous-jacente, ambiguë (« au fond, tout cela vous excite terrrrriblement.... ») et très abstraite ; n’est-il pas question, au détour d’une conversation, du rétablissement d’un « équilibre sexuel ». F. Peeters reste ici en terrain connu.

Là où il personnalise son travail, c’est tout d’abord dans le soin qu’il apporte à la retranscription sur papier des sons, afin de leur donner une certaine résonance (phrasé mécanique, musique qui se ballade, bulles silencieuses, bruitage). Malheureusement, le traitement graphique n’est pas à la hauteur et étouffe littéralement le procédé. Il suffit de regarder le travail admirable de L. Marzocchi et d’Igort dans La ballade de Hambone pour se rendre compte du potentiel des sonorités incrustées dans les décors. L’impact y est tout autre. Cependant, certains instants demeurent habiles. Il en est ainsi de certaines ruptures, provoquées aussi bien de manière fort amusante par un groupe de vieilles pipelettes, que par une réplique cinglante qui détone dans l’ambiance du moment. C’est ensuite dans la construction narrative non linéaire qu’il a mise en place, où l’ordre des choses est fortement perturbé... et lecteur perdu. C’est le jeu. Qui aura le courage de tenter une lecture sans allers-retours pour vivre pleinement l’expérience ? Quoiqu’il en soit, une relecture sera la bienvenue pour apporter de la lumière sur l’ensemble. Ce n’est pas hermétique, car il y a bien un fil rouge, et chacun pourra y trouver les clefs qu’il voudra bien y voir. Enfin, dernier point qui étonne, l’absence impressionnante de personnalité chez les personnages. Cela se ressent dans les dialogues qui, comme pour ce qui est de l’humour, souffrent de ratés pour quelques moments de finesse. Certains y verront une volonté de l’auteur en lien avec le scénario. En effet, pourquoi pas...

Truffé de contrastes et de contraires, avec du bon et du moins bon, Pachyderme ressemble un peu à un laboratoire dans lequel l’auteur aurait voulu expérimenter un mélange des genres, en opérant dans un très large spectre. Le résultat révèle un album intéressant, mais aussi les difficultés de l’exercice.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Pachyderme

  • Currently 3.72/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (76 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    vacom Le 11/06/2013 à 15:12:28

    Difficile d'entrer dans ce livre, et pourtant j'y ai trouvé mon compte. Au-delà de l'aspect délirant, il y a une vraie structure. Et puis des personnages truculents, sensibles, qui se dégagent d'un univers délirant. Ca parle de relation compliquée, d'espionnage, d'attirance, d'hommes et de femmes, d'un pachyderme qui est l'élément déclencheur, de rêves à vivre ou à laisser mourir, le tout sur fond d'enquête ubuesque dans un hôpital pas comme les autres. Classique dans la forme et original dans le fond, l'album est finalement assez cohérent. Vrai plaisir de lecture en ce qui me concerne.

    willybouze Le 08/01/2011 à 07:51:00

    Entre réalité politique et surréalisme, le lecteur est embarqué de l'univers fantasmatique de la très charismatique héroïne au monde concret et caché de l'espionnage.
    L'action se passe dans les années 50, les cicatrices de la guerre ne sont pas refermées. La guerre froide pointe son nez. Ca, c'est pour donner du concret.
    L'héroïne est mariée à un homme qu'elle va retrouver à l'hôpital, un homme qui semble un élément clé de l'intrigue mais dont on perçoit mal l'influence. Sur son chemin vers la chambre de son mari, elle est interceptée par un espion qui lui fixe une mission...
    L'auteur nous entraîne sans transition du fantasme à la réalité, de l'absurde au concret, du passé au futur. Tout se mêle habilement, dans une ligne fluide et des dessins très travaillés, des couleurs soignées et un découpage classique. Le tout dans un ouvrage agréable à ouvrir.

    macluvboat Le 22/01/2010 à 21:22:30

    Cet ouvrage est à lire mais surtout à relire. Il faut se laisser emporter entre le monde réél et le monde de l'inconscient qu'a voulu développer l'auteur.
    Pour les fans de Lynch, Cronenberg, cette BD a du style et un certain goût de reviens-y pour bien comprendre et surtout inspectez les moindres détails...